• Le licenciement de 18 pilotes d’A319/340 sera entendu par le Redundancy Board ce week-end

Seize mois bientôt avec la mise sous administration de la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, la menace de licenciement du personnel, voire le dégraissage, se fait de plus en plus précise. En effet, un emploi sur deux, soit au total un millier sur les 2 300, est considéré comme étant potentiellement Redundant. C’est ce qu’ont indiqué officiellement et sans prendre de gants les administrateurs nommés, Sattar Hajee Abdoula et Arvind Gokhool, dans une communication au Redundancy Board au sujet du limogeage de 18 pilotes d’Airbus A 319/340.

Après le Pro-Forma d’hier dans l’affaire des 18 pilotes, le Redundancy Board sera appelé à siéger ce samedi pour entendre ce cas. Au sein du personnel de la compagnie aérienne, le développement intervenu en début de semaine avec les administrateurs nommés se prévalant du la clause-couperet 72 (A) de la Workers’ Rights Act s’avère être un tournant. Ils comptent suivre avec une attention redoublée les procédures devant cette instance pour « savoir à quelle sauce ils seront mangés » au cours des prochaines semaines.

Le Notice servi par la compagnie aérienne nationale est catégorique, le millier de postes Redundant devront être sacrifiés. Mais à ce stade, aucune indication n’est disponible sur les détails de cette opération de dégraissage dans le cadre d’une restructuration de la compagnie aérienne nationale.

Au cours de l’appel devant le Redundancy Board, hier, Me Gavin Glover, Senior Counsel, conseil légal des pilotes d’Air Mauritius, a fait une requête au Redundancy Board pour que l’affaire soit prise sur le fond ce samedi et soit traitée avec diligence vu qu’il se pourrait que d’autres catégories d’employés se présentent devant cette instance du ministère du Travail. Sa requête a été acceptée. À sa sortie, Me  Glover n’a pas souhaité faire de commentaires quant au déroulement même.

Le négociateur des employés concernés, Ivor Tan Yan, a déclaré de son côté que les administrateurs d’Air Mauritius étaient représentés par Me Rajesh Bucktowonsing, Senior Attorney, et les employés étaient représentés par Alexandre Marot, le président de la Mauritius Airline Pilots Association. « L’avocat des employés tente d’obtenir un délai de 15 jours pour entendre cette affaire. Mais malheureusement la loi exige qu’on réponde au Statement of Case des administrateurs d’Air Mauritius rapidement. On doit au fait étudier un document de 550 pages – qui justifie pourquoi il faut mettre à la porte ces 18 pilotes. Je ne crois pas que le licenciement de ces 18 pilotes va sauver la compagnie », a déclaré Ivor Tan Yan. Il devait affirmer que « le hearing de cette affaire aura lieu samedi prochain et le RB fera connaître sa décision ensuite », a-t-il dit. Les représentants des employés d’ Air Mauritius se proposent de tenir une conférence le même jour pour parler du dénouement de cette affaire.