Le constable a comparu en cours de Flacq ce mercredi

La police a arrêté une retraitée de 70 ans qui a assené à son fils (45 ans) plusieurs coups de ciseaux. L’incident s’est déroulé jeudi soir au domicile des protagonistes à Riche-Mare, Flacq. C’est la septuagénaire qui a appelé la police après son acte alors que son fils agonisait sur le lit. Lorsque les policiers sont entrés chez elle, la suspecte a immédiatement déclaré : « monn tay mo garson » avant de les diriger vers une chambre où le quadragénaire était en sang avec des blessures à l’abdomen. Ce dernier a confirmé les propos de la retraitée en déclarant à son tour : « Mo mama finn koup mwa ».

Comme ses blessures étaient jugées graves, la police a placé le quadragénaire dans son véhicule au lieu d’attendre l’arrivée du Samu et l’a emmené à l’hôpital de Flacq. Après une intervention chirurgicale le soir, le blessé a été placé en observation et sa santé est jugée stable. La police n’a pu l’interroger sur les circonstances de son agression, car il était sous médication.

Entre-temps, la septuagénaire a été conduite au poste de police de Flacq pour des explications et la paire de ciseaux qu’elle a utilisée lors de l’agression a été saisie. Lors de son interrogatoire, la retraitée a déclaré qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle souhaitait se faire examiner par un médecin. La police l’a conduite à l’hôpital de Flacq et l’a par la suite retournée au poste de police.

Dans sa version des faits, la suspecte a déclaré que son fils ne cessait de la harceler pour obtenir de l’argent et qu’elle l’aurait agressé dans un accès de colère. Elle a été informée de son arrestation, mais à cause de sa santé, la police l’a relâchée sur parole à condition qu’elle se présente au tribunal de Flacq lundi où elle devrait faire face à une accusation provisoire de “serious assault”.

La police a également appris que la retraitée a déjà fait l’objet d’une enquête dans le passé pour un cas d’agression. L’enquête se déroule sous la supervision de l’ACP Manaram.