Un constable de l’Anti Robbery Squad (ARS) a dû faire usage de son arme à feu lundi soir pour tirer sur une voiture qui traînait son collègue sur plusieurs mètres rue St-Martin, à Roche-Bois. Les occupants du véhicule, âgés de 20 et 23 ans, cherchaient alors à s’enfuir car étant en possession d’une certaine quantité de cannabis. La police soupçonne qu’ils étaient venus dans la localité pour acheter la drogue et qu’ils rentraient chez eux.

Quatre policiers se trouvaient dans un 4×4 quand ils ont fait signe à une voiture blanche de s’arrêter, le conducteur roulant dans une rue à sens unique. Les officiers ont révélé l’identité des étudiants lorsque soudain, alors qu’un policier les informait qu’il les soupçonnait d’être en possession de drogue, le conducteur (23 ans) a démarré en trombe, percutant au passage un constable qui se dirigeait vers eux. Le policier s’est malgré tout agrippé à l’avant du véhicule tout en demandant aux suspects de s’arrêter. Mais le chauffeur n’a rien voulu entendre et devait même accélérer, mettant de fait en danger le policier.

En voyant la scène, un de ses collègues a alors sorti son revolver et a couru derrière la voiture, tout en hurlant qu’il allait tirer. Les jeunes n’obtempérant pas, le policier a alors tiré un coup de feu sur l’arrière du véhicule. Quelques mètres plus loin, le conducteur a ensuite freiné soudainement, faisant tomber sur l’asphalte le constable qui s’était agrippé au véhicule. Puis le chauffeur a redémarré pour prendre la direction de l’autoroute.

Deux éléments de l’ARS ont alors pris en chasse les suspects en 4×4, qui ont fini par être interceptés près d’un arrêt d’autobus. La police leur a alors passé les menottes avant de les fouiller, sans rien trouver de suspect. Toutefois, dans la voiture, les policiers sont tombés sur un sachet contenant une certaine quantité de cannabis. Le plus jeune des suspects a alors rétorqué : « Pa pou mwa sa ladrog-la. Pou sa sofer-la sa. » Ce que le conducteur a confirmé. « Gandia sa misie. Pou mwa sa », a-t-il lancé. La police a par ailleurs encore saisi trois doses de drogue dans la boîte à gants, le plus jeune des suspects clamant une nouvelle fois son innocence. « Mo pa konn nanrien ladan mwa misie. Pa pou mwa sa. »

Les deux étudiants ont ensuite été conduits au poste de police de Roche-Bois tandis que leur voiture, une Toyota Vitz de couleur blanche, a été saisie pour les besoins de l’enquête. Le conducteur a passé la nuit en cellule au poste de police de Plaine-Verte tandis que son complice présumé, lui, a été détenu au poste de Vallée-des-Prêtres. Ce dernier a indiqué que c’est son ami qui conduisait et estimé que c’était à ce dernier d’expliquer pourquoi il avait renversé le policier. Quant au jeune de 23 ans, il est resté silencieux.

Les deux suspects ont été inculpés en justice mardi sous des accusations provisoires de “tentative de meurtre” et de “possession de drogue”. Le policier qui s’est fait renverser a, lui, été conduit à l’hôpital Jeetoo, où il est placé en observation. Son état de santé n’est cependant pas jugé inquiétant.

Son collègue, qui a tiré le coup de feu, a dû expliquer dans quelles circonstances il avait été amené à utiliser son arme de service. L’enquête se déroule sous la supervision de l’ACP Madhow.