Le village de Roches-Noires est en deuil après le décès d’Arjoon Kumar Bhuruth, âgé de 22 ans, qui a péri vendredi dans un accident, survenu aux petites heures du matin, sur la route côtière de la localité. Il était en compagnie de quatre amis, tous âgés d’une vingtaine d’années, qui ont, eux, subi de graves blessures. D’ailleurs, l’un d’eux est dans un état sérieux à l’Intensive Care Unit (ICU) de l’hôpital du Nord.

Selon les premières informations recueillies par la police, la victime a récemment fait l’acquisition d’une Mitsubishi de couleur jaune. Il aurait ainsi modifié le moteur pour augmenter sa puissance à 1 600 cc. Le jeune homme est sorti chez lui pendant la nuit, alors qu’il n’y avait aucune urgence en cette période de confinement. Il a alors pris avec lui ses amis résidant la localité.

La police soupçonne qu’il voulait tester la puissance de son engin. C’est en visionnant les caméras de Safe City que les enquêteurs ont noté que la Mitsubishi roulait à vive allure. C’est en négociant un contour qu’Arjoon Kumar Bhuruth a perdu le contrôle de son véhicule, qui s’est encastré contre un arbre. Le conducteur est mort sur le coup alors que deux occupants ont été projetés hors du véhicule.

À l’arrivée de la police de Rivière-du-Rempart sur place, les officiers sont tombés sur un amas de ferraille. Le conducteur ne respirait plus sur son siège alors que sa main droite était sectionnée. Les passagers étaient inconscients, même ceux étalés sur l’asphalte. À l’arrivée du SAMU, un médecin n’a pu que confirmer le décès d’Arjoon Kumar Bhuruth. Trois des occupants ont été conduits à l’hôpital du Nord tandis que le quatrième, à celui de Flacq. Leur état de santé est considéré comme stable, sauf pour celui en observation à l’ICU. Ils n’ont pas encore donné leur version.

La police a inspecté l’impact de l’accident et l’état de la voiture. Elle soupçonne que le véhicule roulait à vive allure et que, sur le tournant, le conducteur n’a pu redresser son engin. La Mitsubishi sera examinée par le Scene Of Crime Office bientôt. C’est le sixième accident fatal enregistré depuis le confinement en mars, alors que 31 personnes ont perdu la vie sur nos routes depuis le début de l’année. Les motocyclistes demeurent les plus vulnérables, avec 16 décès, suivis des piétons et conducteurs avec cinq morts chacun. S’ensuivent deux passagers, deux cyclistes et un passager en croupe.