Image d'illustration

Après avoir été arrêté le 12 août dernier et détenu en prison depuis, l’ex-pasteur et ancien membre de l’Assemblée de Dieu, sous le coup de deux accusations provisoires d’agressions sexuelles sur mineures de moins de 16 ans, a pu recouvrer la liberté provisoire le 30 septembre dernier.

Pour le deuxième délit dont il est accusé, l’ancien pasteur a dû verser une caution de Rs 40 000 et signer une reconnaissance de dette d’un montant de Rs 90 000. Par ailleurs, il devra se présenter au poste de police le plus proche de sa résidence tous les jours entre 6h et 18h. Il est également autorisé à sortir de chez lui de 5h du matin à 18h. La cour lui a également formellement interdit d’interférer avec les témoins et les présumées victimes.

Deux jours plus tôt, l’ancien pasteur avait comparu au tribunal de Port-Mathurin pour débattre de sa demande de liberté conditionnelle sous la première accusation. Il avait alors obtenu gain de cause après avoir fourni une caution de Rs 35 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 75 000, en plus d’autres conditions strictes. L’accusé avait cependant été reconduit à la prison de Pointe-La-Gueule en attendant sa prochaine comparution pour le deuxième chef d’accusation. Il est maintenant libre de ses mouvements, mais “lor kosion” et en respectant formellement ses conditions de libération.

Pour rappel, cet ex-pasteur avait été accusé d’agression sexuelle par une adolescente de 17 ans de Baie-Lascars, qui s’était confiée aux officiers de la Child Development Unit le 12 août dernier. Selon elle, les faits se seraient déroulés alors qu’elle avait 14 ans et avaient continué pendant presque trois ans. Le suspect avait alors été arrêté.

Retrouvez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 9 octobre.