• Déposition pour “rogue and vagabond” contre les commissaires Nicolson Lisette, Simon Pierre Roussety, Franchette Gaspard Pierre Louis et Daniel Baptiste consignée par l’ancien chef commissaire

Johnson Roussety, ancien chef commissaire et leader du Front Patriotique Rodriguais (FPR), a consigné une déposition pour le délit de “rogue and vagabond” ainsi que des allégations de vol contre quatre commissaires de l’Assemblée régionale de Rodrigues, en l’occurrence Nicolson Lisette, Simon Pierre Roussety, Franchette Gaspard Pierre Louis et Daniel Baptiste. Johnson Roussety, qui agit comme agent de Karl Elysée, propriétaire de la propriété “Venise”, à Baie-aux-Huîtres, et résidant actuellement en Australie, souçonne que les commissaires susmentionnés se seraient introduits « illégalement » dans cette propriété, autrement dit sans la permission de son propriétaire ou de son agent sur place. Le bâtiment est en fait une ancienne salle de réception où se déroulaient autrefois des noces, mais aussi des bals les dimanches après-midi.

Selon Johnson Roussety, en 2015, le propriétaire, Karl Elysée – qui vit actuellement en Australie, mais qui revient régulièrement à Rodrigues –, a accepté de vendre les lieux à sa compagne, Mariana Meunier. Avec cette dernière, ils auraient alors fondé une compagnie et, avec l’accord écrit du propriétaire, a demandé un transfert du bail. Or, le bail de Karl Elysée a expiré depuis 2010. Aussi avait-il demandé son renouvellement.

Selon l’ancien chef-commissaire, les dirigeants actuels de l’Assemblée régionale opéreraient une « vendetta » contre ce projet en raison de leurs divergences politiques, Johnson Roussety étant en effet leur opposant. « Ki signal OPR pe anvoy dimounn ki pe fer business dan Rodrig e investiserr ki anvi investi isi ? Karl Elysee inn travay enn lavie antierr, inn fer sakrifis, inn konstrwir so bann batiman ek kan so bay inn expire an 2010, zot refuz prosed a so renouvelman ek roul li a sak fwa. », dit-il.

Il poursuit : « Kan li rod vann landrwa-la parski li aze ek malad, zot servi pretex ki zot pou pran sa pou agrandi lekol primerr Bai-o-Witt. C’est la plus grande violation que l’on peut faire. San inform misier-la ek san koz suze pou konpans li, zot rass li so lakaz ek so propriete kot li ena so bann business dan Rodrig. Se enn krim komi par Konsey exekitif ek enn expropriasyon ilegal ki zot pe rod fer. Se enn movai signal pou dimounn ki pe investi. Akot ninport ki ler zot kapav rant lor ou terin zot exproprie ou kouma dan Madagaskar ! »

Judicial Review
en Cour suprême

Pour information, une demande de “Judicial Review” formulée par Marjoh Ltd, la compagnie de Johnson Roussety et de Mariana Meunier, a été rejetée en Cour suprême. Marjoh Ltd avait fait une demande pour autoriser la vente de bâtiments et obtenir un bail sur le site depuis 2015. L’Assemblée régionale, à travers le bureau du cadastre, avait alors traité le dossier avant de l’envoyer au chef commissaire pour approuver le transfert.

Après quoi ce dernier aurait référé le dossier au Conseil exécutif qui, selon une communication de l’Ombudsman, aurait décidé de réserver le site pour le développement futur de l’Oysterbay Government School. La Cour suprême affirme ne pas pouvoir se prononcer, l’Assemblée régionale devant avant tout donner une réponse à la demande de Marjoh Ltd pour un bail sur le site, ajoutant que, jusqu’à l’heure, celle-ci n’avait pas été officiellement refusée.

En ce qui concerne les incidents de jeudi dernier, Johnson Roussety indique que quand il s’est rendu sur les lieux dimanche, des personnes de la localité l’ont informé que les quatre commissaires ainsi que « d’autres gens » auraient pénétré les lieux. Le leader du FPR poursuit : « Ki drwa komiser ena pou rant dan lakour ek lor sit dimounn ? Sa sit-la li enn propriete prive loue a bay, ek residans Karl Elysee, ek kot li osi ena so bann infrastriktir so business. Enn komiserr pena power of entry. Zis fonksioner kouma ofisie kadas ki ena sa, ek sa osi bizin inform le proprieterr ou so lagan avan rantre. Nou dan enn Leta de drwa isi, pa dan enn diktatir kot akoz ou ena tit komiserr ou panse ou kapav viol lalwa ! »

Il est à noter que, selon Johnson Roussety, plusieurs outils ainsi que des installations électriques ont disparu du site. Aussi demande-t-il à la police d’enquêter à ce propos. « Mo espere ki lapoliss pou fer so travay e aret sa bann komiserr-la pou “rogue and vagabond” ek pass zot lakour. O ka kontrerr mo pe anvizaz enn private prosecution kont zot ! »

Et de conclure : « Nou ena lakonfians proprieterr. Enan lot dimounn ti pe rod pran Venise avan zot inn bloke. Sa mem zot lobzektif-sa, dir dimounn dibout lor ou de lipie mai kan ou fer enn proze zot kass ou de lebra. Se sa OPR ! »