La Rodrigues Government Employees Association (RGEA) organise ce samedi une manifestation contre la reprise des vols commerciaux sans quarantaine à Rodrigues et contre l’emprunt de Rs 1 milliard auprès de la Mauritius Investment Corporation Limited (MICL) par la Rodrigues Public Utilities Corporation pour résoudre le problème d’eau dans l’île. Alain Tolbize, président de la RGEA, a précisé que cette manifestation est organisée avec la collaboration de la RPSWU, la RWF, ainsi que d’autres forces vives et individus qui se sentent concernés par les problèmes de société.

« Nou pe fer enn gran manifestasion samdi 18 septam ki pou komanse 9h lor lagar Port-Mathurin. Nou fini ekrir komiser lapolis pou gagn permision ek bann komision konserne pou nou servi MCB Square pou fer enn meeting piblik. Sa manifestasion la li axe lor desizion gouvernman pou ouver frontier le 1er oktob san fer karantenn, ek lor desizion lasanble rezional pou al pran loan 1 miliar pou swadizan rezoud problem delo », explique-t-il.
Alain Tolbize souligne que ces deux dossiers relèvent d’une grande importance car il est impératif que la population ait l’opportunité de s’exprimer.

« Manifestasion la demontre nou dezakor avek sa de desizion ki pe pran la. Sirtou ki Lamerik pe dekonsey dimounn vinn Moris akoz sitiasion kovid alarman, li pa normal ki nou pe ouver nou frontier pou Morisien vinn kot nou. Savedir ki nou pe ouver nou frontier pou kovid vinn kot nou », ajoute-t-il.

Il fait ressortir que les Rodriguais prennent conscience de la situation et se mobilisent contre cette décision. « Sa de desizion ki finn pran la bien grav, li pa dan lintere Rodrige ni dan lintere Rodrig, sirtou ki popilasion penan so mo pou dir lorla », a-t-il dit.

Le syndicaliste Stevenson Clair a abondé dans le même sens. « Sa lapel pou manifeste la, se revandikasion bann drwa sosiete sivil pou partisip dan devlopman so pei. Li inkonsevab ki a la fin enn manda lasanble rezional pe pran bann desizion lor latet popilasion, kan nou kone ki se bann desizion ki inplik bokou partner », dit-il. Il fait référence à l’électorat et aux personnes qui travaillent dans ces secteurs. Il ajoute que l’appel à « desan dan lari » est le seul recours pour inviter la population à dire non, en désapprouvant les agissements du gouvernement qui ne l’a pas consultée.

« Enn mo ki servi bokou se demokrasi partisipativ. Nou fek selebre zourne demokrasi, alor li pa korek manier zot pe fer », déclare Stevenson Clair. Il indique que la société civile doit avoir son mot à dire pour toute forme de développement entrepris par un gouvernement. « Pou nou, al pran loan Rs1 miliar se dir ki problem la se larzan ek pa popilasion. Nou anvi fer konpran li popilasion konte, sosiete sivil konte, mouvman sindika konte. Se pou sa ki nou pe dir bann dimounn vinn montre ki zot pa dakor avek sa bann sitiasion ki pe met nou an aryer bokou », a-t-il martelé.

Antoinette Casimir s’est jointe aux organisateurs pour dire que la majorité de la population locale est contre l’ouverture des frontières sans quarantaine. « Dan lasanble le 14 septam, komiser lasante inn dir ki ena zis de Ventilators dan lopital Crève-Coeur. Si gagn bann ka kovid dan Rodrig avek ouvertir frontier, kouman pou fer avek de Ventilators pou enn popilasion 40 000 dimounn ? Nou panse ki Rodrig pa pare pou afront lasitiasion si zame gagn ka isi. Samem ki nou dir non a ouvertir frontier, ek pou lamars samdi nou invit tou dimounn pou vinn dir non », dit-elle. Estimant que Rodrigues est toujours protégée et est « Covid-free », elle a déclaré qu’il faut garder l’île telle quelle car elle ne possède pas d’équipements adéquats, ni de personnel suffisant.

Lors de son intervention, Joyce Jabheemissar a souligné qu’en tant qu’individu, elle a rejoint la RGEA pour la manifestation de ce samedi. « Moi aussi, je suis contre car nous ne sommes pas prêts pour l’ouverture des frontières sans quarantaine. Certains disent qu’il faut apprendre à vivre avec le virus, c’est peut-être vrai. Mais il faut savoir que le virus du Covid-19 est mortel pour certaines personnes. J’ai personnellement un enfant vulnérable. Et Rodrigues n’est pas équipée si jamais des cas se déclenchent ici. Nou lopital pa pre ek li pa ekipe », avance-t-elle.