« Si Pravind Jugnauth démissionne ce lundi, je n’irai pas de l’avant avec une Private Prosecution », a déclaré le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, ce samedi 28 novembre, en conférence de presse. Au cas contraire, « le Premier ministre ira dans le box des accusés », dit-il.

Au lendemain de la conférence de presse du Premier ministre sur le scandale d’acquisition de propriété à Angus Road, qu’il a qualifié « d’allégation » et de diffamation, le leader du Reform Party déplore le fait que le PM ait pris trois mois et demi pour venir avec « des explications » qu’il qualifie à sont tour de « fausses ».

Roshi Bhadain soutient que son but n’est pas de poursuivre Pravind Jugnauth et de continuellement mettre « des cases » contre lui en cour. « Qu’il se débrouille avec ses problèmes au pénale », fait-il comprendre.

Cependant, selon Roshi Bhadain, le PM n’a montré aucune preuve de son innocence dans cette affaire. « Il est venu avec une histoire farfelue. Il cache encore la vérité et veut amener la population sur un bateau qui finira comme le Wakashio », a lancé le leader du Reform Party.

Le leader du Reform Party a aussi démenti « les accusations de complot » du Premier ministre. Il ajoute d’ailleurs n’avoir remis aucun document au leader de l’opposition, Arvin Boolell.

Roshi Badhain se demande comment Pravind Jugnauth peut-il parler de « reçus qui apparaissent maintenant, alors que l’ICAC est en possession de reçus avec les mêmes numéros depuis 2013 et est  probablement en possession des originaux. Il ne peut donc pas à accuser Arvin Boolell et ceux qui ont publié les reçus, car l’ICAC en était déjà en possession depuis avant ».

Il est d’avis que « Pravind Jugnauth s’embourbe das ses mensonges ».

Pour Roshi Bhadain, Maurice est sur la liste noire de l’Union européenne à cause de ce genre d’affaires.

« Tous les pays internationaux nous regardent et se moquent de nous. Mon problème à moi c’est mon pays et au Reform Party aussi, notre souci, c’est notre pays » souligne-t-il.