La semelle du pont est indiqué par la flèche

La construction de la route A1-M1 qui reliera Coromandel à Sorèze, grâce à un autopont qui enjambera le ravin de GRNO, est passée à une étape supérieure. 30 mois après le démarrage des travaux, confiés au consortium Transinvest-GCC Ltd-Bouygues TP, la semelle de l’une des deux piles qui servira de support au tablier du pont, est sorti de terre ce mois-ci. La publication, en avril 2018, du rapport des ingénieurs de la Korean Expressway Corporation (KEC) sur les risques de déboulement de la falaise, avait contraint le constructeur à revoir ses plans et à changer le positionnement des deux piles qui seront espacées d’une cinquantaine de mètres aux deux extrémités du ravin. 

Le retard dans l’exécution des travaux de ce pont à câbles porteurs, long de 330 mètres et haut de 123 mètres (avec deux voies de circulation), demeure la seule ombre au tableau de ce projet qui vise à améliorer la circulation sur la route A1 et l’autoroute M1. Après deux années d’études et six mois de forages et de construction des fondations des piles, la semelle sur laquelle l’une des deux piles du pont de GRNO s’appuiera est enfin sortie de terre. Cette semelle ferraillée a été bétonnée avec environ 200 m3 de béton. « Avant de réaliser cette opération, chaque armature de ferraille a été soigneusement contrôlée dans la mesure où les bateaux transportant des conteneurs de matériaux se font rares depuis le début de la pandémie. C’est la raison pour laquelle le construction se concentre uniquement sur une seule pile pour l’instant  », souligne un cadre de Transinvest-GCC Ltd-Bouygues TP pour expliquer le retard dans la construction de l’autopont.

Une trentaine d’experts étrangers unissent leur énergie et leur ingéniosité pour piloter et construire cette œuvre unique à Maurice. La réouverture des frontières survient, donc, au moment propice pour le consortium. « L’expertise française et asiatique est primordiale puisqu’elle maîtrise les technologies les plus avancées pour piloter, au millimètre près, la construction de ce géant de béton. La mise en place du tablier sur les piles fait appel à une technique spécifique que la main d’œuvre locale n’assimile pas pour l’instant », indique notre source au consortium. Après la construction de la semelle, la pile sera construite à l’aide de coffrage grimpant. « Au fur et à mesure que le coffrage augmente, les piles s’élèvent de plus en plus », souligne notre interlocuteur.

Ce projet qui vise à fournir un accès alternatif au trafic venant de Rose-Hill, Beau-Bassin, Chebel, Chapman Hill et Coromandel, en direction de Port-Louis, comprend également la construction de deux échangeurs, un à Coromandel et un autre à Sorèze. Les travaux avancent à grands pas à Coromandel où les seize poutres qui constituent la structure aérienne ont déjà été installées que le tablier. La rampe d’accès sera aménagée à la fin du mois d’octobre. Les automobilistes qui empruntent l’autoroute M1 à Sorèze peuvent constater que les travaux sont arrivés à un stade avancé en ce qui concerne les nouvelles voies qui se sont greffées à la M1. L’échangeur est également en cours de construction.

La route A1-A3 livrée en décembre

Selon les prévisions de la Road Development Authority (RDA), la nouvelle route A1-A3 sera prête en décembre. A ce stade, les travaux sont achevés à 70%. Ce projet, alloué à la firme General Construction Ltd et qui a démarré en février 2019, permettra aux automobilistes sortant de l’autoroute M1 d’emprunter successivement le pont qui surplombera la falaise de GRNO et Coromandel (A1), avant de parcourir les 2,7 km de la nouvelle route A3 qui mène vers Gros Cailloux, où les travaux d’asphaltage vont bon train.

Nouvelles déviations routières à Quatre-Bornes

A Quatre-Bornes, les travaux préliminaires dans le cadre du projet Metro Express avancent à grands pas. Les ouvriers du constructeur Larsen & Toubro s’attèlent au réalignement des réseaux d’utilités publiques le long de la route Saint-Jean, ce qui implique des chamboulements à la circulation depuis plusieurs semaines. De nouvelles déviations routières sont, d’ailleurs, en vigueur depuis hier. Les travaux en cours entre l’avenue des Tulipes et l’avenue Poivre sont étendus jusqu’à l’avenue Buswell avec la  circulation qui est déviée sur la voie intérieure dans chaque direction. Par conséquent, seules deux des quatre voies de la route Saint-Jean seront opérationnelles dans ce périmètre. En vue de minimiser les inconvénients engendrés par les travaux, cinq aires de stationnement, aménagées le long de la route Saint-Jean, sont d’ores et déjà opérationnelles.