(Photo d'illustration) A train moves in front of skyscrapers of the Moscow International Business Centre (Moskva City) in Moscow on June 1, 2019. (Photo by Alexander NEMENOV / AFP)

Les autorités russes ont annoncé mardi l’ouverture d’une enquête pénale visant les Témoins de Jéhovah, interdits depuis 2017, pour activités extrémistes après avoir mené des perquisitions dans plus de 20 régions.

Le Comité d’enquête russe, chargé des investigations criminelles dans le pays, a indiqué dans un communiqué avoir ouvert une nouvelle enquête contre les Témoins de Jéhovah pour avoir organisé de « réunions de conspirateurs » dans un appartement de Moscou depuis juin 2019.

« Les adeptes ont étudié de la littérature religieuse et d’autres informations  (…) propageant les enseignements des Témoins de Jéhovah », ajoute le communiqué, précisant que des membres de l’organisation religieuse en ont recruté d’autres.

Les Témoins de Jéhovah ont été interdits en avril 2017 par la Cour suprême russe et leur mouvement est désormais considéré comme « extrémiste » par le ministère de la Justice. Depuis cette interdiction, plusieurs Témoins de Jéhovah ont été condamnés à de la prison ferme.

Mardi, les autorités ont également indiqué avoir mené des perquisitions contre les Témoins de Jéhovah à Moscou et dans plus de 20 régions à travers la Russie avec l’appui du ministère de l’Intérieur, des services secrets (FSB) et de la Garde Nationale (Rosgvardia).

Une vidéo accompagnant le communiqué du Comité d’enquête montre des hommes vêtus de noir et cagoulés entrant par effraction dans un appartement, puis des billets de banque de plusieurs devises différentes, dont des dollars américains.

Mouvement fondé dans les années 1870 aux Etats-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se revendiquent du christianisme et se considèrent comme les seuls à restituer un christianisme des origines. Ils sont régulièrement accusés de dérives sectaires.

emg-apo/tbm/at