— Le rapport Nuckchady : « It is obvious that an Emergency Caesarian Section performed in time may probably have saved the newborn (Prishtee Ram) »

— Au vu des « complex clinical issues and divergent professional opinions », le dossier a été soumis au Medical Council « for any further enquiry »

Le gynécologue affecté à la Maternity Ward du Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital, le Dr Dassaye, a été épinglé par le Medical Negligence Standing Committee, présidé par Me Lockraj Nuckchady, pour être unduly late lors de l’accouchement de Sweta Seeneevassen dans la nuit du 12 au 13 avril dernier. C’est ce qui ressort du rapport de cette enquête en date du 28 juin dernier et soumis au ministère de la Santé. Si cette instance écarte tout éventuel cas de négligence médicale à première vue dans cette affaire, elle a pris la décision de s’en remettre au Medical Council « for any further enquiry » dans le décès de Prishtee Ram à sa naissance. Toutefois, au titre des recommandations, le Medical Negligence Standing Committee préconise que, dorénavant, un gynécologue, un anesthésiste et un pédiatre devront être présents physiquement dans les hôpitaux régionaux quand ils sont on call en vue de parer à toute urgence.

À la page 10 du rapport Nuckchady, mention est faite de manière catégorique que « it is obvious that an Emergency Caesarian Section performed in time may have saved the newborn (Prishtee Ram) ». La chronologie de ce cas d’accouchement dans des circonstances délicates indique que le gynécologue de service avait été informé de la gravité de la situation se développant à la salle de maternité du Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital à 22h30 ce 12 avril. Il ne devait arriver à l’hôpital que bien après, soit à 23h40.

« It is noted with concern that Dr Dassaye attended the patient some 70 minutes after he received the first call from Dr Sookun. He explained that the delay due to the fact that when he was travelling from his residence at Moka to SSRN hospital, it was raining and the road was slippery », poursuit le rapport du Medical Negligence Standing Committee. Des gynécologues, siégeant comme assesseurs sur ce board, sont également d’avis que « Dr Dassaye ought to have as an issue of priority advised the personnel on duty to prepare the patient for an emergency Caesarian Section and further to shift the patient to the operation theatre. Upon his arrival to hospital after assessment he would have been in a better position to decide accordingly whether or not the patient would have delivered in the meantime. »

Mais le gynécologue en question ne partage pas cette approche, dans la mesure où il soutient que « it would have been negligent on his part to have advised the shifting of patient to the Operation theatre. He had felt that the delivery was imminent and preferred that it occurred in the delivery room rather than in the corridor or in the operation theatre. » De son côté, la mère avait indiqué à 22h20 quand elle avait pris connaissance de la dilation en vue de l’accouchement qu’elle avait supplié les « attending nurses for a Caesarian Section to be performed on her. »

De 22h40, avec la rupture des membranes à 23h25 où « there were no pulsation in the umbilical cord and body of fetus was limp, indicating the demise of the fetus », le personnel de la Maternity Ward, mené par le Dr Sookun, avait tenté une episiotomy incision. La Dr Khadun, spécialiste en obstétrique et gynécologie, fut appelée en renforf en urgence en raison des complications survenues. « By 23.30 hours, Dr Mrs Khadun managed to deliver the shoulders after loosing a loop of cord around the shoulder but then could not deliver the head which was trapped inside the uterus in a hyper-extended position. Several manoeuvres to extract the head failed », note encore le rapport confidentiel.

Absence d’humanisme

Il était 23h40 quand le Dr Dassaye était arrivé à la maternité. « He noted that the fetus has already passed away with three loops of cord around the neckand the head was stuck in an oedematius cervix. » Il allait informer la mère du décès de son bébé avant de pratiquer une hysterotomy pour dégager la tête du mort-né.

Devant ce constat et les témoignages des Drs Sookun et Khadun à l’effet que « delivery of the lower limbs and shoulders were carried out according to clinically established procedures and at no point in time undue force was applied », le rapport Nuckchady écarte la version de la mère à l’effet que « the newborn died due to neck injury ». À la page 14, ce document ajoute que « all the nurses stated they did not witness any reckless act which could have caused harm to the fetus. None of them heard any cracking sound as alleged by yhe patient. »

Outre son retard, le Dr Dassaye est pris à défaut par des gynécologues-assesseurs quant aux procédures préconisées, soit « nevertheless, the committee takes the view that the decision of Dr Dassaye, “to allow labour to progress” was questionable, in as much as he was not in a position to make an informed assessment that labour would progress quickly, at least when he was initially informed of the condition of the patient. »

Le Medical Negligence Standing Committee prend aussi à contre-pied le gynécologye Dassaye, qui maintient avoir des décisions dans l’intérêt de la patiente. « The committee, having heard several senior gynaecologists in this context, takes the view that Dr Dassaye ought to have at least sought alternative views from his Consultant in charge or other senior practitioners. »

Toutefois, en conclusion, le rapport Nuckchady avance que « save for the late arrival of Dr Dassaye and his omission not to shift the patient to the operation theatre when first informed, there is no conclusive evidence to support any act of malpractice or negligence on the part of the Gynaecologists in the management of this case. »

Mais le rapport devait prendre le soin de dénoncer le fait que la dépouille de la petite Prishtee fut placée dans une boîte en carton en apostrophant l’absence d’humanisme de la part de la police à ce titre. « As a final observation the Committee cannot ignore the complaint relating to the manner that the deceased fetus was carried by the police in a carton box and exhibited in full view to all and sundry. In the opinion of this committee, this is nothing less than a deplorable act of stripping a dead child of whatever is left of its dignity. This is an issue that ought to be urgently addressed by the relevant authority », commente le président du comité en attendant les conclusions de la nouvelle enquête confiée au Medical Council.