Photo archive

Après la période festive du Nouvel An, la situation est retournée à la normale dans presque tous les secteurs de l’économie, a constaté hier matin le COO de Business Mauritius, Pradeep Dursun.

« Les différents secteurs de l’économie ainsi que tous les bureaux sont pleinement opérationnels depuis ce lundi matin. Toutefois la présence de Danilo dans le voisinage de l’île peut donner lieu à un certain ralentissement au niveau du secteur de la construction et de l’agriculture », constate Pradeep Dursun, qui fait comprendre que déjà l’attention du monde des affaires est tournée vers le prochain budget avec en toile de fond le vaccin anti-COVID-19

Il faut souligner le caractère exceptionnel de la situation dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration, dira le COO de Business Mauritius. Normalement, la période de fin d’année est marquée par une intense activité dans ce domaine, forçant les employés à prendre leurs congés en ce début d’année. Ce ne sera pas le cas cette année, selon lui. Car les employés ont repris normalement le travail. « Le secteur de la grande distribution et du commerce, le secteur du gardiennage, les stations-service, le secteur du transport ont assuré le service jusqu’à ce jour. Le secteur import – export a aussi repris en ce début d’année. »

Selon Pradeep Dursun, en ce début d’année 2021, les regards sont tournés vers les vaccins qui sont porteurs d’espoir et permettent d’aborder la nouvelle année avec un peu plus de sérénité. « Sans les vaccins, la situation aurait été plus pénible. L’idée que la pandémie pourrait être subjuguée cette année permet de créer un “feel good factor”. Avec la vaccination annoncée de la population dans les prochains mois, nous estimons que la situation connaîtra une amélioration dans les prochains six mois. De plus, nous attendons également la présentation du prochain budget et gardons espoir qu’il contiendra des mesures pour relancer l’économie et l’emploi », a précisé le COO de Business Mauritius.

Quand à la contribution sociale généralisée, Pradeep Dursun estime que « ce n’est plus une épine » entre le gouvernement et le secteur privé. « Nous avons exprimé notre point de vue et avons opté pour le recours à la justice. Mais nous sommes confiants que des modifications peuvent être apportées lors du prochain budget à ce projet dans l’intérêt de tout le monde », a-t-il ajouté.