Le gouvernement a décidé de faire de la sécurité routière « une priorité ». A cet effet, le ministère du Transport et du Metro léger a lancé une campagne intitulée « Zero Accident ».

Le gouvernement a élaboré une charte afin d’inviter diverses parties prenantes à y participer. Des actions de sensibilisation et de formation ont également été conduites par le ministère afin de vulgariser d’une part le projet et d’autre part les outils de prévention des accidents, notamment le plan de prévention du risque routier.

« Avec l’augmentation des accidents de motocyclistes, on ne peut plus faire comme-ci de rien n’était, car 49% des accidents fatals sont liés aux motocycles », a déclaré le ministre du Transport, Alan Ganoo.

« Une stratégie spéciale a été mise en place par la police et le ministère depuis le 29 septembre. De vastes opérations de répression sont en cours, ciblant principalement les motocyclettes. Nous allons renforcer la loi afin que les sanctions soient également plus sévères », a-t-il ajouté.

L’objectif de la charte est « zéro accident » sur les trajets liés au travail, et ainsi réduire les coûts directs et indirects des accidents. À ce jour, 64 entreprises privées et publiques ont signé la charte.

Quant à la campagne, celle-ci vise à toucher chaque employé personnellement afin de les sensibiliser aux risques d’accidents de trajet domicile-travail, de même que d’inviter le plus grand nombre d’entreprises à s’engager pour la sécurité de leurs salariés sur les routes.

D’autres actions vont ainsi suivre, telles que la formation des Health & Safety Officers, celle en conduite défensive des chauffeurs de l’administration et aussi des commerciaux, ainsi que la formation des chauffeurs de poids lourds et de “contract buses”.

Selon le ministère du Transport, l’impact final de la charte pourrait être déterminant pour la sécurité routière; 200 000 employés (80 000 dans la fonction publique et 120 000 dans le privé) seraient directement sensibilisés, formés, éduqués.

Les observations montreraient que, pour une personne touchée, il faut compter au moins deux ou trois proches qui bénéficient des actions de prévention, soit au total près de 500 000 individus.

Le lancement a eu lieu au Rajiv Gandhi Science Centre ce mardi, 6 octobre.