Photo illustration

Un centre de formation pour les automobilistes et les motocyclistes, géré par l’État, verra bientôt le jour.

Une annonce faite lors de la cinquième réunion de la commission nationale de sécurité routière, au Sir Harilal Vaghjee Memorial Hall, à Port-Louis, ce lundi 20 septembre.

Selon les explications du ministre du Transport, Alan Ganoo, les auto-écoles ne seront pas abolies après la mise en place de ce centre.

« Le centre de formation va cohabiter avec les auto-écoles qui seront, toutefois, mieux régularisées. Elles auront des conditions avant de pouvoir opérer. Ces auto-écoles feront une partie du training. L’autre partie sera faite par le centre qui sera géré par l’Etat », a indiqué Alan Ganoo.

Pour le Premier ministre, qui a présidé pour la première fois la réunion de la commission nationale de la sécurité routière, il fait appel au sens de responsabilité de tous les usagers de la route pour enrayer la tendance des accidents.

« Lorsque nous analysons les statistiques, nous réalisons que les jeunes, très impliqués dans les accidents de la route, doivent prendre plus conscience et être davantage sensibilisés quant à leur responsabilité sur la route », a fait ressortir le chef du gouvernement.

Pravind Jugnauth a ainsi souligné qu’il y va de la responsabilité de l’ensemble des usagers de la route d’adhérer aux règles et règlements relatifs à la circulation routière, et ce, afin d’assurer leur sécurité, de même que de prévenir les décès et les blessures graves dus aux accidents de la route.

A savoir que la commission nationale de la sécurité routière a été créée en 2016 pour, entre autres, définir les objectifs nationaux, et déterminer les politiques et priorités concernant les projets et programmes de sécurité routière.

La commission réunit différents ministères, qui rendent compte des objectifs et des actions initiés à leur niveau en matière d’amélioration de la sécurité routière et de prévention des pertes de vies humaines sur les routes.

Elle veille également à la mise en œuvre de la stratégie nationale de sécurité routière 2015-2025, qui s’inspire largement de l’initiative de UN’s Decade of Action global initiative, et vise à réduire de 50% le nombre d’accidents mortels et de blessés graves d’ici 2025.