PIERRE DINAN

« Le ministre a un peu pris tout le monde par surprise en nous disant qu’il présente un budget en équilibre. Les dépenses et les revenus sont pareils. Je crois qu’il a soigneusement présenté cela, mais il nous faut nous rappeler que la BoM, la semaine dernière, a annoncé qu’elle mettait à la disposition du gouvernement Rs 60 mds.

Nous avons donc là une indication en réalité de ce à quoi le gouvernement aurait pu avoir à faire face avec ce budget. Heureusement, ces Rs 60 mds viennent de nos propres ressources mauriciennes et qu’on vient mettre à la disposition du Consolidated Fund, chose qui en d’autres temps aurait été tout à fait inacceptable. Mais, comme je l’ai déjà dit : nous sommes dans une période exceptionnelle, donc, acceptons des mesures exceptionnelles. Cela dit, il faut qu’on se rende compte que sans cet apport de Rs 60 mds de « grant » qui n’est pas remboursable, le budget aurait été déficitaire. Quand il nous parle d’un budget en équilibre, sur papier, oui, mais n’oublions pas l’apport du grant de Rs 60 Mds de la BoM à partir de ses réserves. J’appelle cela un équilibre instable, parce que dans la situation extrêmement difficile actuelle, on peut avoir de la sympathie pour le ministre d’avoir eu à faire un budget en une période si difficile.

Il faut des dons d’équilibriste pour maintenir cette gageure d’un budget en équilibre. C’est pourquoi je parle d’un équilibre instable. Un point qui me fait particulièrement plaisir : pour l’Income Tax, l’abattement pour les enfants n’est plus limité à trois. J’avais demandé cela depuis longtemps. J’ai beaucoup apprécié qu’il ait parlé de démographie et qu’il ait mis l’accent sur la réduction de notre population. Je regrette toutefois que les divers gouvernements aient complètement fermé les yeux sur ce problème démographique.

Il a fallu ce ministre pour prendre en compte la situation, au point où on va maintenant demander à des étrangers de venir. Peut-on espérer que maintenant il y aura une meilleure compréhension de la situation, car la démographie affecte aussi l’économie. »