Bâtiment du ministère du Travail

La peur s’est installée chez les employés de Comdata Maurice Ltée de Port-Louis. La raison : une lettre de la direction adressée mercredi à plus de 350 employés faisant état des changements dans leurs conditions de travail et de la possibilité d’accepter leur licenciement volontairement. La compagnie leur propose, entre autres, l’option de travailler à temps partiel, de réviser à la baisse leurs revenus ou encore de considérer le télétravail.

Ne sachant pas quoi faire de cette situation, un groupe de travailleurs de ladite compagnie est allé porter plainte au ministère du Travail, du Développement des Ressources humaines et de la Formation. Ces employés pensent qu’il s’agit là « d’une manœuvre qui pourrait donner lieu à des licenciements si jamais ils refusent d’accepter la proposition de la direction ». Les officiers du ministère du Travail ont décidé de convoquer les représentants de la direction pour discuter du cas de ces employés qui ne sont pas syndiqués.

La compagnie internationale Comdata est un des leaders dans la relation client. Elle réunit 50 000 collaborateurs répartis dans 102 sites en Europe, en Amérique latine et en Afrique. La filiale mauricienne avait organisé l’année dernière une campagne de recrutement de télévendeurs et de conseillers clients.