- Publicité -

MV Wakashio: réclamations 
et actions légales au point mort

Tous les paiements gelés avec la demande en Cour d’Okiyo Maritime Corp de limiter le montant des réclamations à Rs 719 M Maurice n’a pas encore déposé sa plainte pour dégâts environnementaux Rs 175 M versées au gouvernement, Rs 111 M aux pêcheurs et Rs 23 M aux particuliers à ce jour

Deux ans après le naufrage du MV Wakashio et la marée noire qui s’est ensuivie,différentes parties affectées n’ont toujours pas été dédomma- gées. Le gouvernement et l’armateur du vraquier, Okiyo Maritime Corp, n’arrivent pas à s’entendre sur le montant des réclamations. En novembre der- nier, la compagnie japonaise a fait une demande à la Cour suprême en vue de limiter la somme pour les paiements individuels à Rs 719 658 463,31 au lieu des Rs 2 Md réclamées. Ce que conteste le gouvernement mauricien. En attendant que la cour tranche, c’est le statu quo.

- Publicité -

Dans la soirée du samedi 25 juillet 2020, le MV Wa- kashio, vraquier japonais, battant pavillon pana- méen, s’est échoué sur les récifs de Pointe-d’Esny. Douze jours plus tard, une brèche dans la coque du bateau, qui finira par se briser en deux, a entraîné la première marée noire de notre histoire. Depuis, beaucoup a été dit et beau- coup a été fait. D’autres as- pects demeurent toujours en suspens. À l’exemple de la plainte que devait dépo- ser le gouvernement contre l’armateur du vraquier, pour dommages causés à l’environnement.

À l’Assemblée natio- nale, en novembre 2021, le ministre de l’Économie océanique, de la Pêche et du Transport maritime, Sudheer Maudhoo, qui gère ce dossier, a laissé entendre que ce volet est du ressort du bureau de l’Attorney General. Mais très peu d’informations ont filtré à ce jour.

De même, alors que l’as- sureur du MV Wakashio, Japan P&I Club avait com- mencé à verser une com- pensation aux parties af- fectées par la marée noire, tout a été subitement gelé. La raison : la compagnie et le gouvernement n’arrivent pas à s’entendre sur le montant des réclamations. Sur la plateforme en ligne mise à disposition par le ministère de l’Économie océanique, de la Pêche et du Transport maritime, 4 686 demandes de récla- mations individuelles pour un montant total de Rs 2 Md ont été enregistrées. Cela inclut des citoyens, mais aussi des hôtels, res- taurants et autres compa- gnies dont les activités ont été affectées par la marée noire.

Cette somme ne fait tou- tefois pas l’unanimité. Le 15 novembre 2021, Okiyo Maritime Corp fait une de- mande à la Cour suprême en vue de limiter le mon- tant des réclamations à Rs 719 658 463,31. La nou- velle, révélée à l’Assemblée nationale le 16 novembre, par le premier député de Mahébourg/Plaine-Ma- gnien, Ritesh Ramful, a pris de court le ministre Maudhoo. Comme expli- cation, il n’a pas trouvé mieux à dire qu’il n’était pas au courant, étant don- né que c’est le bureau de

l’Attorney General qui s’en occupait.

Depuis, on sait que le gouvernement résiste à cette démarche d’Okiyo Maritime Corp, qui lui, s’appuie sur la partie IX, concernant la Limitation and Division of Liability for Maritime Claims de la Mer- chant Shipping Act 2007, pour justifier son action. Des sources indiquent qu’en l’absence de preuves pour justifier le montant réclamé par chaque partie, l’assureur Japan P&I ne pourra décaisser des fonds. « À moins que le gouverne- ment ne vienne avec une proposition », fait-on com- prendre.

1 262 demandes sur 4 686 payées

En attendant, seuls les pêcheurs et les indivi- dus ayant réclamé moins que USD 1 000 (voir plus loin) ont été payés. Il nous revient également qu’un accord a été trouvé pour les plaisanciers. Les autorités concernées ayant décidé d’aligner le montant des réclamations sur la somme payée aux pêcheurs et aide pêcheurs. Soit Rs 113 000 pour les plaisanciers et Rs 35 000 pour les skippers. Selon des recoupements d’information, la signature des documents relatifs a déjà eu lieu à la Tourism Authority. Toutefois, on attend toujours le décais- sement.

Sauf que, selon les ex- plications fournies par Sudheer Maudhoo en confé- rence de presse, le montant de la compensation aux pêcheurs avait été calculé en fonction de leurs prises mensuelles enregistrées auprès des Fisheries Posts. Initialement, le ministre avait avancé la somme de Rs 134 615, avant d’être contraint de revoir sa copie. On ne sait donc sur quoi les autorités se sont basées pour appliquer le même montant aux plaisanciers. Là également, notre ten-

tative d’en savoir plus s’est révélée vaine.

Toujours est-il qu’à ce jour, Japan P&I a versé un montant de Rs 175 millions au gouvernement mauricien, représentant les dépenses effectuées pour l’utilisation des héli- coptères de la police et le paiement de la Solidarity Grant de Rs 10 200 aux parties affectées, entre autres. À l’Assemblée na- tionale, Sudheer Maudhoo a révélé que le gouverne- ment a réclamé un mon- tant de Rs 357 millions pour ses dépenses.

Du côté des pêcheurs et banians, ils sont 999 au total (825 pêcheurs et 174 banians) à avoir bénéfi- cié d’une compensation à hauteur de Rs 112 000 chacun. Soit un total de Rs 111 888 000, payé en décembre dernier. Cette somme exclut le Solidarity Grant de Rs 10 200 par mois pendant neuf mois, déjà versé au gouverne- ment.

Générosité japonaise

La troisième catégorie de citoyens dédommagés après la marée noire re- groupe ceux qui ont fait des réclamations d’un montant maximum de USD 1 000, soit environ Rs 43 000. Ils sont ceux qui ont un petit business affecté par la ma- rée noire, les aide pêcheurs qui ne possèdent pas de cartes professionnelles, ou encore des travailleurs dont les métiers ne sont pas officiellement recon- nus, comme les dames qui collectent les huîtres et les palourdes, entre autres.

Au total 1 262 personnes ont été dédommagées sous cette catégorie, pour un montant total de Rs 23 millions. Japan P&I a aussi déboursé un montant de USD 25 millions pour le nettoyage des côtes. De

même pour enlever l’épave du MV Wakashio du lagon de Pointe-d’Esny. Le coût total des opérations n’est pas encore disponible.

D’autre part, le gou- vernement japonais s’est montré également très généreux envers Maurice depuis le désastre. Peu de temps après la marée noire, le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, est venu en mission à Mau- rice. Il a notamment ren- contré le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Dans son discours du budget 2021-2022, le ministre des Finances, Renganaden Pa- dayachy, a remercié le gou- vernement japonais pour avoir fait don d’équipe- ments pour la surveillance maritime.

On sait aussi que le Japon a accordé un prêt de l’ordre de 30 milliards de yens (USD 284 mil- lions), soit environ Rs 13 milliards pour aider l’éco- nomie mauricienne à se remettre du Covid-19. En juillet dernier, l’ambassa- deur du Japon à Maurice, Schuichiro Kawaguchi, a remis des équipements au ministre Sudheer Maud- hoo de la part de son gou- vernement, pour le moni- toring des fonds marins, dans la région affectée.

De son côté, l’affréteur du MV Wakashio, Mitsui O.S.K Lines Ltd (MOL), a ouvert une branche à Mau- rice et lancé une fondation en vue d’aider les commu- nautés affectées par la marée noire ainsi que pour la protection de l’environ- nement. Un montant total de 800 M de yens, soit un peuplusdeRs260M,aété injecté dans ce fonds.

Avec toutes ces générosi- tés, beaucoup de questions subsistent aujourd’hui, sur la liberté, voire la volonté, du gouvernement mauri- cien, à engager des pour- suites, dans cette affaire.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour