Le jeûne du Ram Navmi, qui a débuté mardi dernier, a pris fin aujourd’hui à midi avec des prières dédiées à la naissance du dieu Ram, le roi d’Ayodhya. Comme c’était le cas l’année dernière avec le confinement, les temples seront fermés et les dévots devront encore une fois effectuer les rites sur l’autel familial en chantant les louanges du dieu Ram, contraint à un exil de 14 ans dans la forêt.

Ram est considéré comme un des avatars (incarnation) du dieu Vishnu. Il était un fils exemplaire qui avait abandonné le trône pour partir en exil dans la forêt en compagnie de son épouse Sita et de son frère Lukshman. Il a aussi vaincu le démon Rawan et mis le feu à Lanka. Les dévots célèbrent aussi le Navratri où des prières sont dédiées à la déesse Durga, la mère de l’univers.

Le Ramcharitmanas, écrit par le sage Goswami Tulsidas, contient des versets qui relatent le caractère lumineux et glorieux du dieu Ram dont les vertus sont propices à l’éclosion et au développement des rapports sains et harmonieux au sein de la société. Plusieurs érudits du Ramayana dont le “head priest” de la Mauritius Sanatan Dharma Temple Federation, l’acharya Mohunprasad Saklani, le pandit Sanjay Narain de Clairfonds Shiv Mandir, Vinod Anand Mittoo de l’Arsenal Kailash Mandir Association et Kunal Caullychurn de Camp-Diable, à travers leurs interventions sur les réseaux sociaux, nous éclairent davantage sur la pertinence des messages du Ramayana pour forger un monde meilleur.

Vinod Anand Mittoo et son épouse donnant des explications sur le Ramcharitmanas