Un délai d’au moins deux semaines entre l’injection des deux vaccins est recommandé
Chaque année, le ministère de la Santé procède à l’achat de vaccins antigrippaux pour les administrer aux groupes cibles fragiles comprenant les personnes âgées de 60 ans et plus, les enfants handicapés fréquentant des écoles spécialisées et tous les détenus d’institutions caritatives et de homes. Compte tenu du nombre de cas positifs de Covid-19 actuellement dans le pays et de la prolongation du confinement jusqu’à fin avril 2021, le gouvernement prépare actuellement un plan pour administrer des vaccins antigrippaux dans ce contexte.

Le ministère de la Santé, s’appuyant sur les avis du MAUNITAG (Mauritius National Immunization Technical Advisory Group), affirme qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre les vaccins grippaux et ceux de la Covid-19. Ainsi, les personnes vulnérables ayant reçu la première dose de vaccin Covid-19 peuvent être vaccinées contre la grippe.
Pour ce qui est du calendrier, une personne âgée qui est sur le point de recevoir sa première dose de vaccin Covid-19 sera autorisée à se faire vacciner contre la grippe, deux semaines ou plus avant la première injection de son vaccin Covid-19. De même, une personne âgée qui a déjà reçu sa première dose de vaccin Covid-19 pourra se faire vacciner contre la grippe deux semaines après sa première dose de vaccin Covid-19, sachant qu’il devrait également y avoir un écart de deux semaines avant sa deuxième dose de vaccin Covid-19.

Institut Pasteur (France) 
Covid-19 : l’immunité collective à 90% de vaccinés

L’Institut Pasteur estime, dans une étude rendue publique mercredi 7 avril, qu’il faut vacciner 90% des adultes en France pour atteindre l’immunité collective. L’autre option serait de vacciner les enfants. C’est ce que prévoit une modélisation de l’Institut Pasteur, sous certaines conditions. Un malade contamine quatre personnes. La solution ? Élargir la vaccination aux plus jeunes. En vaccinant plus largement de 0 à 64 ans, et à condition de continuer à vacciner en masse les plus de 65 ans, il suffirait d’atteindre 60 à 69% de cette population vaccinée pour freiner le virus. On est bien loin du taux de 60% global envisagé par les autorités mauriciennes.

Spoutnik V : 1 000 000 doses

◦Il est à noter que les vaccins Covaxin, Sinopharm Sinovac et Spoutnik V n’ont pas encore obtenu la validation de l’OMS. En ce qui concerne le vaccin indien Covaxin, il n’y aurait pas eu de demande d’approbation de l’OMS, car le vaccin a été approuvé par le contrôleur général des médicaments de l’Inde (DCGI) pour une utilisation d’urgence. À Maurice, le Trade and Therapeutics Committee et le Pharmacy Board ont également approuvé l’utilisation d’urgence du vaccin.

◦Tous les vaccins sont achetés ou donnés par les canaux diplomatiques ou par des canaux d’achat groupés tels que COVAX Facility / GAVI Alliance et Africa Medical Supplies Platform de l’Union africaine. Il n’y a pas de fournisseur local de vaccins COVID-19.
◦La date de péremption du vaccin Covishield est juin 2021 et celle du vaccin Covaxin est juillet 2021.