Photo illustration @Jinga Ion/jinga80 - Fotolia

Selon le constat du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, la pandémie a montré au grand jour l’importance d’avoir “un full-fledged phamaceutical sector”.

Il a alors annoncé que la Mauritius Investment Corporation Ltd (MIC) investira dans la production de produits pharmaceutiques et d’équipements de protection individuelle. Ce projet, a-t-il indiqué, sera réalisé par le biais d’une entreprise publique-privée.

Dans le cadre de ce projet de fabrication de produits pharmaceutiques, le ministre des Finances a annoncé hier la présentation bientôt d’un Medical Products Regulatory Authority Bill « pour s’assurer que ces produits soient aux normes et standards internationaux ». Une parenthèse pour souligner que la Pharmacy Act a été récemment amendée lors de la présentation du Covid Bill, avec pour objectif l’octroi de permis pour l’ouverture d’une usine de médicaments par le Pharmacy Board dans une période très courte après réception d’une demande ainsi que la possibilité pour le Pharamacy Board « to exempt any locally manufactured pharmaceutical product from registration ».

Par ailleurs, pour encourager la recherche et le développement dans le pays, les droits d’enregistrement sur l’acquisition de biens immobiliers dans le secteur scientifique seront donc supprimés. Les centres de recherche et de développement pharmaceutique bénéficieront de l’exonération de la TVA sur les matériaux de construction de même que sur les équipements spécialisés et ils obtiendront aussi une double déduction fiscale sur les dépenses concernant directement la recherche. Toujours dans le cadre de l’innovation, le ministre a annoncé un cadre réglementaire pour la pratique de télémédecine, tandis que la Human Tissue Act sera proclamée.

Dans le volet de son discours concernant l’économie bleue, le ministre a promis que le gouvernement va « unlock » le potentiel de ce secteur. Pour développer l’industrie de la pêche, la Mauritius Investment Corporation envisage des joint-ventures. Le ministre a aussi annoncé l’introduction d’un Inland Aquaculture Scheme couplé à des mesures incitatives telles l’exemption de certaines taxes sur une période de huit ans ainsi que l’exonération des droits et de la TVA sur les équipements.

Selon le ministre, l’enregistrement des bateaux est un « aspect important » dans l’économie bleue. Dans ce contexte, le gouvernement envisage l’introduction d’un “single licence for chartered yachts” affrétés à Maurice et inclura la possibilité d’accostage multiple ainsi que les droits de vol d’hélicoptères et de jeu. Par ailleurs, l’allocation accordée aux pêcheurs en cas de mauvais temps passera de Rs 365 à Rs 425.