Le suspect avance qu’il s’agit de « l’argent des dons pour une institution religieuse »

Une équipe de l’Anti Robbery Squad, munie d’un mandat de perquisition, a effectué une descente chez un entrepreneur de 42 ans vendredi à Camp-Levieux. Une somme de Rs 695 200 a été découverte dans son coffre-fort. Toutefois, selon le quadragénaire, cet argent provient des dons du public pour le compte d’une association religieuse, et dont il est le secrétaire. Or, la police a obtenu des renseignements à l’effet que le suspect sous-déclarait ses revenus pour ne pas payer la taxe. Quand les policiers se sont présentés devant sa porte, il n’a opposé aucune résistance et devait même les conduire dans sa chambre où se trouvait un petit coffre, près de son lit, et qu’il a ouvert. Les policiers ont alors mis la main sur 12 coupures de Rs 2 000, 433 de Rs 1 000, 198 de Rs 500 et 12 de Rs 200.

Interrogé sur la provenance de tout cet argent, l’entrepreneur est resté silencieux dans un premier temps. Puis la police l’a informé qu’il risque une inculpation sous la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA). Il a alors répondu : « Misie, mo kone mo pa gagn drwa gard sa kantite kas-la lakaz. Gete ki ou kapav fer pou mwa. » Dans un deuxième compartiment du coffre, la police a mis la main sur deux billets de Rs 2 000, 111 de Rs 1 000, 34 de Rs 500, 13 de Rs 200, 21 de Rs 100 et deux de Rs 50, soit un total de Rs 136 800. Une nouvelle fois pressé de questions, il a déclaré qu’il devait reverser cet argent sur le compte bancaire de l’association et qu’il n’a pas eu le temps de le faire en raison du confinement. Il a montré certains reçus aux policiers où sont inscrits les noms des donateurs.

Après vérifications auprès du siège de cette association, les enquêteurs ont eu confirmation qu’il en était bel et bien le secrétaire et qu’il avait le droit de prendre des dons. Cependant, la police n’a pas été convaincue par des justifications selon lesquelles il n’aurait pu se rendre à la banque, qui était ouverte pendant la période de couvre-feu sanitaire. D’autant plus qu’il s’était rendu aux domiciles des donateurs pour prendre l’argent. Il a été conduit au poste de police de Camp-Levieux et a été informé de son arrestation. Pour les besoins de l’enquête, la police a saisi l’argent. L’entrepreneur a été inculpé lundi sous la FIAMLA et il a obtenu la liberté conditionnelle.