Photo illustration

Maurice comptant parmi les pays les plus vulnérables face au changement climatique, il est d’autant plus important de surveiller les principaux indicateurs environnementaux. À ce titre, le rapport de Statistics Mauritius sur l’environnement pour 2020 indique en effet des points positifs dans différents domaines, notamment au niveau des émissions de gaz à effet de serre, en baisse.

Bien que le pays ne contribue qu’à hauteur de 0,01% dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre, il importe de surveiller celles produites localement, d’autant que Maurice est signataire de l’accord de Paris. Ainsi, le pays accuse une baisse de 10% de ses émissions de 2019 à 2020, passant ainsi de 5 777 tonnes de CO2 à 5 200 tonnes en termes d’émissions brutes. Quant aux émissions nettes – soit après que le CO2 ait été absorbé par les forêts et les cultures –, elles passent de 5 055 à 4 837 tonnes.

Le rapport note cependant une hausse des émissions de gaz à effet de serre dans les traitements industriels et l’utilisation de produits, ainsi que dans les secteurs de l’agriculture et de la foresterie. En revanche, dans le secteur énergétique, une baisse de 14,7% des émissions a été constatée, atteignant ainsi 70,3%. Là encore une relative bonne nouvelle donc, puisque le secteur énergétique est le plus grand contributeur en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Viennent en suite les déchets (qui contribuent pour 26,3%), le secteur agricole (2,4%) et celui des procédés industriels et de l’utilisation de produits (1%). Cette baisse, enregistrée en 2020 est surtout liée à la réduction de la consommation de combustibles dans le secteur énergétique. Pour rappel, les principaux gaz à effet de serre sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) qui, en 2020, ont respectivement représenté chez nous 70,3%, 26,5% et 2,9% des émissions, auxquelles s’ajoute 0,3% d’hydrofluorocarbures.

Retrouvez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 30 juillet.