Le ministre du Logement, Steven Obeegadoo, a maintenu sa position concernant les squatteurs lors de la cérémonie de remise des clés de 60 maisons de la NHDC mardi, 8 septembre.

Il a insisté  : « Enn dimounn ki anba enn latant skwater pa pou gagn enn lakaz NHDC. » Il a considéré que ceux qui sont sous des tentes à Riambel depuis le 1er juin y sont avec l’aide de certaines personnes. « Gouverman pa kapav donn lakaz skwater. Ce serait une injustice par rapport à ceux qui n’ont pas opté pour devenir des squatteurs, mais qui ont su attendre pour avoir une maison », a-t-il insisté.

Pour Steven Obeegadoo, le problème des squatteurs « ne date pas d’hier » et remonte « à très longtemps ». Ce qui est « grave c’est que pendant l’état d’urgence sanitaire liée à la COVID-19, alors que personne n’était autorisé à quitter sa résidence sans une autorisation officielle, quelque 200 personnes ont profité de la situation pour occuper les terres du gouvernement, des terres publiques qui auraient pu être utilisées pour ceux qui attendent une maison depuis longtemps » ou pour construire des infrastructures publiques, mais qui ne s’étaient pas installés,» dit-il.

« Ils avaient choisi de marquer leur présence en construisant des structures provisoires. Toutefois, le ministère du Logement a sévi contre eux, et les squatteurs ont décidé d’en faire un logement permanent », a dit Steven Obeegadoo. Il a cité le cas de Riambel, où le nombre de structures provisoires est passé de 37 à 46 en trois jours.

Retrouver plus de détails dans l’édition du Mauricien de ce mercredi 9 septembre.