Suite à son expulsion et à sa suspension de huit séances des travaux parlementaires, le député de l’opposition et chef de file du PTr au parlement, Arvin Boolell, estime que le Speaker de l’Assemblée « a pris des sanctions démesurées et a agi arbitrairement ».

Lors d’un point de presse devant le parlement, le député Patrick Assirvaden a indiqué que le PTr écrira à l’Union interparlementaire (Inter-Parliamentary Union), l’organisme qui gère les parlements du monde. « Nous allons mettre l’IPU au courant de se qui se passe à Maurice. Le Speaker a dépassé les bornes ».

Le chef de file du PTr a été expulsé du parlement et « named » par le Speaker, Sooroojdev Phookeer, ce mardi 20 juillet lors de la Private Notice Question (PNQ) axée sur la Mauritius Investment Corporation (MIC).

La sanction est tombée à la reprise des travaux parlementaires; Arvin Boolell a ainsi été suspendu de l’hémicycle pour les huit prochaines séances.

Pour Arvin Boolell, le Speaker aurait dû tout simplement lever la séance et le convoquer, ainsi que le leader de l’opposition, dans son bureau pour mettre les choses au clair.

« Le plus grand provocateur, c’est le Speaker. Il semblerait qu’il protège l’exécutif », a déclaré Arvin Boolell.

Par ailleurs, selon les dires des députés du PTr, suite à l’expulsion d’Arvin Boolell, l’altercation se serait poursuivie dans les couloirs de l’hémicycle.

« Au-delà de l’agression verbale, cela allait devenir une agression physique avant que d’autres députés s’interposent entre le Speaker et moi », a expliqué Arvin Boolell.

Il ajoute également que ce n’est pas la première fois que le Speaker « utilise des moyens qui ne sont pas à l’honneur du parlement ».

Le chef de file du PTr indique également qu’il aurait présenté ses excuses après son échange avec le Speaker, si ce dernier les lui avait demandées. « Il a eu affaire avec une personnes qui a beaucoup de retenue », ajoute le député.

En ce qui concerne la marche à suivre, les membres du PTr se réuniront et en discuteront.