- Publicité -

TIC : les initiatives tunisiennes, tanzaniennes et zambiennes remportent le concours de l’ATU en Afrique

  • Les initiatives tunisiennes, tanzaniennes et zambiennes remportent le concours de l’ATU en Afrique établissant des écosystèmes d’innovation TIC pour les jeunes

Une organisation basée en Tunisie, Startup Tunisia, a remporté le Challenge de l’innovation 2021 de l’Union africaine des télécommunications (ATU). Startup Tunisia, qui offre des subventions et des conseils techniques aux startups innovantes, a, en seulement 2 ans, soutenu 550 startups ainsi que des organisations de soutien aux startups en fournissant un environnement politique favorable, des investissements et le renforcement des capacités. Ils remportent le premier prix de 10,000 USD et le titre de « Meilleure pratique écosystémique 2021 ATU favorisant l’innovation TIC des jeunes en Afrique».

- Publicité -

Le concours, lancé par l’Union africaine des télécommunications (ATU) et l’Union internationale des télécommunications (UIT), a également vu l’initiative de Clubs de codage, de mentorat et d’incubation de la Tanzanie par Apps and Girls, et le programme d’innovation TIC de l’autorité des TIC de Zambie qui se classent respectivement à la deuxième et à la troisième place, avec 5000 et 2,500 de dollars. Le premier a permis à plus de 34,686 filles de résoudre des problèmes et de coder, d’améliorer leurs résultats scolaires dans les TIC et d’autres sujets liés aux STIM et a conduit à la création de 69 entreprises. Ce dernier a commercialisé avec succès plus de 30 start-ups, créé plus de 100 emplois et travaillé avec plus de 15 partenaires locaux.

L’annonce des gagnants lors de la cérémonie virtuelle de remise des prix a été faite par le ministre zambien de la Technologie et de la Science, l’hon. Félix C. MUTATI. Le Secrétaire général de l’ATU, M. John OMO a affirmé l’engagement de l’Union à inspirer la création d’un écosystème en Afrique qui soutient le développement de solutions locales. « Notre volonté reste de permettre une perspective systémique de l’innovation sur le continent et j’encourage tous les acteurs des TIC à être ouverts à l’idée de collaboration. ATU est ouverte et prête à faciliter le contact et la communication entre toutes les parties de notre champ qui souhaitent faire des efforts délibérés pour travailler ensemble. C’est à cet égard que je remercie tous les partenaires du Challenge en particulier notre sponsor en titre Huawei pour leur collaboration et leur investissement dans l’innovation et la promotion des compétences auprès de la jeunesse africaine », a-t-il déclaré.

L’édition de cette année du Défi a identifié des institutions africaines qui créent un environnement propice pour que les jeunes développent des innovations en matière de TIC. Parmi les institutions figuraient des organismes de décision politique, des incubateurs, des universités et des organismes sans but lucratif. Ceci en reconnaissance du rôle critique que jouent ces organisations et de l’importance d’investir dans un sol fertile à partir duquel les innovateurs peuvent grandir.

Les candidats devaient expliquer comment ils soutenaient les innovations et devaient en outre mettre en évidence deux bénéficiaires qui ont profité de la pratique.

Prenant la parole lors de la cérémonie, le président du groupe d’affaires Huawei Carrier, région Afrique australe de Huawei, M. Samuel Chen, a appelé à « des investissements supplémentaires dans la connectivité (…). Depuis plus de 23 ans, nous soutenons l’innovation locale dans le domaine de l’innovation et des compétences locales », a souligné Huawei. « Nous continuerons à développer les talents locaux et à construire des plateformes et des produits pour permettre aux innovateurs africains de développer des solutions aux défis africains », a-t-il déclaré. Faisant écho à M. OMO, David Chen a également remercié les co-sponsors et partenaires, Intel Corporation, GSM Association et AfriLabs pour leur contribution significative au succès du Défi.

L’invité principal de l’événement a félicité les participants pour leurs pratiques qui répondent au contexte et aux défis africains et a reconnu que l’innovation est en effet ce qui distingue et soutient les sociétés compétitives. Tout en applaudissant l’initiative de l’ATU et de l’UIT, il a encouragé les gouvernements africains à être ouverts au partage des ressources et des bonnes pratiques. « Je félicite tous les participants et remercie l’ATU et l’UIT pour cette initiative qui est en effet un moyen pratique d’évaluer avec d’autres pays pairs les bonnes pratiques pour soutenir les innovations liées aux TIC et l’entrepreneuriat en Afrique », a-t-il déclaré.

En plus du prix financier dont ils bénéficieront, tous les dix premiers lauréats du Challenge verront leurs pratiques reconnues par l’UIT et l’ATU et amplifiées dans le monde entier comme une « meilleure pratique des acteurs de l’écosystème », attention qui peut les aider à étendre ou à améliorer leurs pratiques et favoriser l’innovation chez les jeunes. Ils participeront également à un camp d’entraînement organisé par l’UIT qui les aidera à améliorer leur impact avec AfriLabs.

L’événement a en outre reconnu sept autres meilleures pratiques adoptées par les acteurs de l’écosystème à travers l’Afrique. Ceux qui ont été récompensés ont été : Clubs STEM pour filles et Camps de démarrage de codage pour femmes (par la Fondation Visiola, Nigeria), Entrepreneurship, Innovation & Développement technologique (par l’Université Zetech, Kenya), Projet COVID-19 pour le Zimbabwe (par African Surveyors Connect, Zimbabwe), Huria Innovation Hub (par Open University of Tanzania), Innovation et Techno-preneurship Acceleration (par St Joseph’s University of Tanzania), TIC dans l’éducation (par Adamawa Code Kids), Cameroun) et Woman DNS Academy (par Internet Society, section béninoise).

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour