Photo illustration

Il ne leur a fallu que 55 secondes pour séduire le jury. Florent Piat et Jonathan Talbot, deux jeunes cinéastes amateurs mauriciens, actuellement à Montréal, ont remporté le Warner Bros Canada TENET Contest, grâce à leur court-métrage SEEDS inspiré du tout dernier film de Christopher Nolan. Quelques mois après ce premier sacre, ils produisent un deuxième court-métrage Persistence of Memory , en lice pour remporter le My Rode Reel 2020, soit le plus grand concours de courts-métrages, au monde. Rencontre.

17h ici, et 9h là-bas. Nos interlocuteurs sont pile à l’heure pour notre entretien sur Zoom, malgré le grand décalage horaire. Florent Piat (23 ans), Jonathan Talbot (22 ans) et leur ami italien Federico Bellini (23 ans) habitent ensemble depuis quelques années. Si les deux Mauriciens se connaissaient déjà lorsqu’ils étaient à Maurice, Federico, c’est pendant ses études en cinématographie à Montréal qu’il fait la rencontre de Florent Piat. « On est tout de suite devenus amis et j’avoue fréquenter plus de Mauriciens que de Canadiens depuis que je suis ici », nous dit Federico Bellini. Ils sont donc trois colocataires, trois amis, mais aussi trois partenaires en affaires. « Nous avons fondé notre propre entreprise SEEDS », explique Jonathan Talbot qui lui n’a pas fait d’études en cinématographie, mais en économie et commerce. Cinéphile lui aussi, il espère que cette entreprise se développera pour en faire leur principale activité. « Pour le moment, c’est quelque chose que nous faisons à côté, mais nous voulons vraiment que l’entreprise grandisse. »

« Bien sûr, notre projet est de revenir »

D’ailleurs, tout a commencé avec « SEEDS » justement, il y a quelques mois. C’est en voyant une annonce de Warner Brothers Canada qui lançait un concours de courts-métrages autour du film Tenet, que les jeunes Mauriciens ont décidé de se lancer. « Florent était le réalisateur et à l’époque Federico n’était pas encore rentré de l’Italie, c’était donc avec un autre ami que nous avons monté ce film de 55 secondes eu un mois presque », explique Jonathan Talbot. Disponible sur la plateforme YouTube, SEEDS est à la fois déroutant et fascinant. Défiant la notion du temps, comme le film Tennet, Florent Piat nous explique que « SEEDS raconte l’histoire d’un fils qui revit ses moments passés avec son père décédé à travers ses cassettes. » Et tout cela, à l’envers !

Un film qui séduit tout de suite le jury canadien qui leur décerne le premier prix, en octobre. « C’est ce qui nous a encouragés et avec la somme remportée nous avons décidé de la réinvestir dans l’entreprise que nous avons appelé SEEDS à l’honneur de ce premier court-métrage et aussi parce que l’idée nous plaisait beaucoup », ajoute Jonathan Talbot. Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Ainsi, quelques mois après leur premier film, les deux Mauriciens avec Federico Bellini, cette fois, produisent Persistence of Memory  pour le My Rode Reel 2020. « Cette fois-ci, on avait droit à trois minutes de film, ce qui voulait dire qu’on avait plus de liberté. En un mois, ils montent ainsi de toute pièce ‘Persistence of Memory’ qui raconte l’histoire d’une femme qui se remet sa vie en question. Le film montre la cassure entre sa vie d’avant et d’aujourd’hui. En trois minutes, c’était un vrai défi », explique Florent Piat. Dans l’équipe figurent Béatrice Nusink, Arielle Keach-Tremblay et Louis Chevalier.

Par ailleurs, les Mauriciens n’oublient pas leur pays. « C’est notre rêve de faire une fiction à Maurice. Bien sûr, notre projet, peut-être pas pour maintenant, est de revenir », dit Jonathan Talbot. « Et l’on espère qu’on pourra évidemment ramener Federico avec nous », lance-t-il. En attendant les résultats du concours, les trois jeunes continuent d’avancer. « Notre message aux jeunes Mauriciens serait de ne pas avoir peur d’oser et de se lancer. Il faut bien commencer quelque part après tout. Et c’est en se lançant, en faisant ce premier pas, que l’on peut se surprendre soi-même », nous confient-ils.