- Publicité -

The Villiers Cup – 1400m – Benchmark 66 : Colour My Fate dompte le duo de Rameshwar Gujadhur

Battu par Duke’s Domain la dernière fois, Colour My Fate a pris sa revanche sur le clan de Rameshwar Gujadhur. Appelé à la rescousse en raison du forfait de Swapneel Rama, Rye Joorawon n’a pas commis d’erreur et a réalisé le pillar to post. Son léger handicap et le parcours réduit qui était plus à sa convenance plaidaient en sa faveur. Si ce pensionnaire d’Amardeep Sewdyal n’a pas volé ce succès, il y avait largement la place pour mieux faire de la part d’Allyhosain sur Dynamite Jack. Avec une meilleure inspiration, il aurait sans le moindre doute battu Colour My Fate.

- Publicité -

Cela était prévisible. Colour My Fate allait être seul en tête avec ses 53,5 kilos. Une fois propulsé aux avant-postes, Rye Joorawon a réglé le pas de son cheval comme un métronome. Il a réduit l’allure sur les premiers 400m qui ont été couverts en plus de 26 secondes, avant de graduellement augmenter le tempo à partir des 600m. Colour My Fate a réalisé environ 10″60 entre les 600m et les 400m, et ses adversaires ont été mis sous pression. Le futur lauréat a abordé le dernier virage avec une avance confortable et a continué de plus belle sous les sollicitations de son cavalier. Il l’a emporté par plus d’une longueur devant le duo de Rameshwar Gujadhur, dont Trippi’s Express, qui a pris le premier accessit.

Dynamite Jack l’aurait emporté à notre avis avec un meilleur jockeyship. Malgré son couloir deux, il n’a pas eu les coudées franches durant le parcours. Par la suite, il s’est retrouvé derrière un Trippi’s Express qui l’a intimidé lors de l’emballage final et ce n’est que sur le tard qu’il a vu la lumière. Si on prend en considération qu’il n’a échoué que d’une longueur, on est en droit de penser qu’il aurait battu Colour My Fate. Son compagnon d’entraînement a déçu après un parcours en or. Deuxième à armes égales dans la classique du sprint, il lui a manqué de punch lors de la ligne d’arrivée.

Si Arizona Silk a saigné, Puget Sound a eu un parcours éreintant, alors qu’Ehsaan reste toujours imprévisible. King Of Tara a démontré à nouveau ses limites à ce niveau, alors qu’Iditarod Trail a déçu. Le meilleur est désormais derrière lui.

Retrouvez l’Après-Course de la 28e journée dans l’édition du Mauricien du 23 octobre.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour