Photo d'illustration

Dans le sillage de la pandémie du Covid-19 dans le monde en 2020, les frontières nationales de Maurice ont été fermées du 20 mars 2020 au 30 septembre 2020. Du 1er octobre 2020 au 9 mars 2021, voyager vers et de certaines destinations étaient autorisé. Les frontières nationales ont été à nouveau fermées du 10 mars au 14 juillet 202 suite à la deuxième vague du Covid-19 dans le pays. Statistics Mauritius explique dans son rapport émis cette semaine que ces restrictions sur les voyages et les conséquences du Covid ont largement contribué à un effondrement du voyage -97% vers et -95% au départ de Maurice, et des conséquences dramatiques sur le tourisme local puisque les arrivées dans cette catégories sont quasi-nulles puisque le recul est de 98,9%.

Baisse de 97% des arrivées et 95% des départs

Par rapport au 1er semestre 2020, le total des arrivées est passé de 424 127 à 12 027 au 1er semestre 2021. Les arrivées totales de touristes sont passées de 304 881 à 3 225 ; ceux arrivant par avion sont passés de 275 445 à 3 047, tandis que ceux arrivant par la mer sont passés de 29 436 à 178. Au premier semestre 2021, aucun navire de croisière n’est arrivé dans le pays.

Il en est évidemment de même pour les départs, qui ont reculé de 95% en passant, pour le premier semestre, de 474 750 à 20 889. Pour ce qui est des départs de résidents mauriciens, ils sont passés de 59 045 à 8 298 (-85%).

Les chiffres comparatifs pour les premiers semestres 2020 et 2021 pour les départs mauriciens par pays de débarquement montrent évidemment que toutes les destinations ont connu un recul significatif, mais la France, les Émirats arabes unis et à un degré moins important l’Inde sont restés des destinations privilégiées.

En effet, au 1er semestre 2021, les principaux pays de débarquement (pays de destination finale ou pays de transit) pour les Mauriciens étaient la France (3 907 ou 47,1 %), les Émirats arabes unis (2 927 ou 35,3 %), l’Inde (616 ou 7,4 %), La Réunion (298 ou 3,6 %), la République d’Afrique du Sud (253 ou 3,0 %) et les Seychelles (173 ou 2,1%).

La France principal pourvoyeur

Les arrivées de touristes au premier semestre 2021 en provenance des principaux marchés ont été nettement dominées par la France et l’Inde. Ainsi, le classement s’établit dans l’ordre : France (601 ou 18,6%), Inde (397 ou 12,3%), République d’Afrique du Sud (137 ou 4,2%), Allemagne (94 ou 2,9%), Royaume-Uni (87 ou 2,7%), La Réunion (51 ou 1,6%) et l’Italie (45 ou 1,4 %).

Au cours du premier semestre 2021, le nombre de touristes âgés de 60 ans et plus était de 358, représentant 11,1% des arrivées touristiques, dont 3,4% arrivés par voie maritime. Mais ce sont surtout les 30-39 (890 et 27,6%) et 20-29 (737 et 22,8%) ans qui sont parmi les rares à avoir effectué le voyage vers Maurice.

Pendant cette même période, les arrivées de touristes à Maurice ont chuté de 98,9% par rapport au 1er semestre 2020. Des baisses ont également été observées pour les Seychelles (-43,4%) et le Sri Lanka (-96,7%), tandis que les arrivées en provenance des Maldives ont connu une augmentation de 30,0% du nombre de touristes.

Le nombre de nuitées passées par touristes au 1er semestre 2021 a reculé de 92%, passant de 4 085 138 à 299 804. La durée moyenne du séjour d’un touriste qui tourne normalement autour de 10,6 nuits est passée entre 2020 et 2021 de 11,6 nuits à 92,2 nuits. À noter qu’au deuxième semestre, il avait atteint des records de 130 nuits.

Les emplois en hausse de 3% avant la pandémie

Les données sur l’emploi pour le secteur du tourisme ont été puisées à partir de l’enquête sur l’emploi dans les services de restauration, les hôtels et les établissements de voyages et autres services comptant 10 travailleurs ou plus. Les dernières données disponibles pour mars 2020 indiquaient que l’emploi dans ces établissements avait  augmenté de 3,3%, passant de 31,827 (mars 2019) à 32 873 (mars 2020). Les chiffres de 2021 ne sont pas disponibles pour l’heure, mais l’embellie d’avant 2020 aura lourdement chuté avec la pandémie, qui a vu de nombreuses pertes d’emplois dans le secteur malgré un soutien massif de l’État en termes de soutien financier aux salaires des employés sous forme WAS ou soutien aux entreprises du secteur touristique par la Mauritius Investment Company (MIC).

Taux d’occupation de 9% pour 81 hôtels

À fin juin 2021, il y avait 111 hôtels agréés, dont six étaient temporairement fermés en raison de travaux de rénovation. 24 de ces établissements hôteliers étaient utilisés comme centres de quarantaine. La capacité totale en chambres des 81 hôtels restants était de 9 358 avec 20 663 places-lits.

Au 1er semestre 2021, le taux d’occupation des chambres de tous les hôtels agréés en activité était en moyenne de 9 %, inférieur de 34% par rapport aux six premiers mois de 2020. De ce fait, le taux d’occupation des lits était inférieur de 7% en comparaison aux 30% enregistrés au 1er semestre 2020.

Au 1er juillet 2020, il y avait 60 « grands » hôtels, c’est-à-dire des hôtels de plage bien établis de plus de 80 chambres, dont six étaient temporairement fermés en raison de travaux de rénovation et 15 hôtels servaient de centres de quarantaine. La capacité totale en chambres des 39 « grands  » hôtels restants était de 7 057 avec 15 761 places-lits. Ces « grands » hôtels représentent 48% de tous les hôtels agréés en activité, mais représentent 75% de la capacité totale des chambres et 76% du total des places-lits .

Pour les premiers six mois de 2021, le taux d’occupation des chambres des « grands » hôtels était de 9% inférieur aux 35% enregistrés au 1er semestre 2020, alors que le taux d’occupation des lits est inférieur de 7% aux 31% enregistrés au 1er semestre 2020.