PHOTO ILLUSTRATION

La situation concernant l’emploi dans l’industrie touristique inquiète l’Hotel and Restaurant Employees (HREU). À ce jour, la majorité des travailleurs n’ont pas encore repris le travail depuis la fin du couvre-feu sanitaire. Bien qu’une assistance financière ait été mise à leur disposition en cette période, certains d’entre eux ont commencé à recevoir des lettres émanant de leurs employeurs les invitant à renoncer à leur emploi.

Ayant eu vent de ce développement, la HREU a décidé d’organiser le 29 juillet une manifestation afin de sensibiliser les autorités à leur situation. L’endroit où se tiendra cette manifestation n’a pas encore été décidé. C’est au cours d’une réunion de mobilisation au siège de la Federation of Progressive Unions, à Rose-Hill, que les dirigeants du syndicat prendront une décision à ce sujet. Pour l’heure, un certain nombre d’employés se disent attristés par le fait qu’ils n’ont pas encore touché l’assistance financière de Rs 5 100 pour le mois de juin.

Interrogé à ce sujet, un préposé de la Mauritius Revenue Authority a expliqué que les procédures sont déjà en cours et que le décaissement aura lieu incessamment. D’ailleurs, a-t-il expliqué, certains parmi eux ont déjà commencé à percevoir cette allocation. Les employés concernés se montrent cependant impatients. Ils demandent aux autorités de faire diligence compte tenu du fait qu’ils sont à court d’argent et qu’ils doivent dans ce contexte supprimer un certain nombre de dépenses touchant directement à leur famille.
Une mère de famille, qui a souhaité garder l’anonymat, témoigne. « Cela fait huit ans que je travaille comme cuisinière. Comme vous le savez, c’est un secteur ou l’on travaille nuit et jour, et parfois sans relâche. Aujourd’hui, je suis obligée de retirer mon enfant à la garderie, car je n’ai plus les moyens », fait-elle remarquer. Une autre employée explique, elle, que durant la période de confinement, son employeur est devenu méconnaissable. « Il m’a demandé de signer une lettre de résiliation de mon contrat de travail et m’a lancé à la figure : “Je ne souhaiterais plus te voir.” Est-ce que c’est comme cela qu’on traite un travailleur maintenant ? » se demande-t-elle.

Des cas de traitement de ce genre infligés aux travailleurs de cette industrie ont été rapportés à la HREU. Selon ses dirigeants, « il est grand temps que les autorités fassent diligence pour le décaissement de la somme de Rs 5 100 aux employés » de ce secteur. Cette allocation, disent-ils, ne concerne pas seulement les employés de ce secteur, « mais aussi ceux qui travaillent indirectement avec cette industrie », notamment les chauffeurs de taxi et de van, les marchands de plage, ainsi que les employés des magasins de vêtement et de souvenirs destinés aux touristes.