- Publicité -

Trafic humain : Rencontre du Comité interministériel présidé par l’Attorney General

Le Comité interministériel qui se penche sur la traite d’être humains s’est réuni le 15 juillet dernier pour établir un plan de travail et prendre connaissance des développements survenus, notamment sur la catégorisation des délits, et ce, après le récent rapport “2021 Trafficking in persons: Mauritius”, qui fait mention de poursuites dans seulement quatre cas. Ce comité interministériel est présidé par l’Attorney General, Maneesh Gobin, suite à une décision du Cabinet en date du 9 avril 2021.

- Publicité -

L’Attorney General a ainsi expliqué lors de cette réunion que « le nombre de cas est plus élevé » mais que « la catégorisation des crimes ferait défaut par manque de coordination » entre les différents départements. « Il faut une réconciliation par rapport à la catégorisation. Cet élément est crucial pour nous aider à sortir du “Tier 2”, la catégorie que nous a octroyée l’Office to Monitor and Combat Trafficking in Persons dans le récent rapport. »

Dans un communiqué émis par le bureau de l’Attorney General, il est avancé qu’un consultant a été recruté en début d’année à travers l’International Organisation for Migration en la personne d’Annie Lane. Il est aussi indiqué que le comité a pris note que l’Inception Report pour l’élaboration d’un National Action Plan sera finalisé et remis au consultant. Aussi, au vu d’un manque de formation des agents concernant le “Traficking in Persons”, il est annoncé que le pays bénéficiera d’un appui technique et financier de la Migration European Union Expertise (MIEUX).

Il y aura aussi l’organisation d’activités, le 30 juillet prochain, dans le cadre de la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains. Une campagne de sensibilisation sera lancée, avec un clip vidéo informatif élaboré en collaboration avec l’International Centre for Migration Policy Development et le Government Information Service.
Par ailleurs, le Steering Committee poursuit ses travaux au “shelter” pour les victimes de trafic humain, qui est établi aux Police Quarters de Vacoas et dont les travaux prendront fin d’ici la fin de cette année.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour