Grégory Ernest est parmi ceux à la recherche d’une qualification aux prochains JO de Tokyo

La Fédération mauricienne de triathlon (FMTri) a repris ses activités avec les athlètes élites d’abord, à Côte d’Or, il y a environ trois semaines. Actuellement, tous les clubs ont redémarré les entraînements dans différentes régions en attendant la rencontre de longue distance qui se tiendra le 25 juillet au Morne. En parallèle, la compétition, qui regroupe d’habitude les différentes catégories d’âge au duathlon et en aquathlon également, se fera sur le même site. Les rencontres sérieuses visant une qualification pour les prochains Jeux Olympiques ne tarderont pas à reprendre si tout se passe comme prévu.

Les athlètes se sont entraînés chez eux pendant le confinement et à sec pour la natation. C’est ainsi que les compétitions qui devaient avoir lieu de mars à juin ont été reportées. Parmi, il y a les championnats d’Afrique prévus en Égypte, qui ont été renvoyés à décembre. Cette rencontre sera importante, car les points obtenus seront comptabilisés dans le cadre d’une qualification pour les prochains Jeux Olympiques.

« Nos athlètes ont eu l’occasion de reprendre le triathlon et cela fait du bien. Nous aurons des championnats d’Afrique sprint également à Maurice le 7 novembre, mais nous attendons de voir la situation dans le monde ainsi que l’ouverture des frontières concernant la Covid-19. Nous ne voulons pénaliser aucun pays d’Afrique qui se retrouvera dans l’incapacité de faire le déplacement pour les championnats, car cela offrira l’opportunité aux triathlètes d’obtenir des points », fait ressortir Alain St Louis, président de la FMTri. Pour rappel, les athlètes locaux qui tenteront d’obtenir une qualification pour les prochains JO sont Grégory Ernest, Timothée Hugnin et Laurent L’Entêté.

Cependant, en raison de la pandémie et du réaménagement du calendrier annuel, deux championnats d’Afrique tomberont sous le budget e 2020-2021. Cela changera donc la donne en termes du nombre de participants car, selon Alain St Louis, une participation en Égypte coûte déjà dans les Rs 500 000. À la base, pour les championnats d’Afrique, les deux premiers athlètes lors des épreuves de sélection dans différentes catégories ont l’opportunité de s’aligner pour la rencontre africaine. Cette fois, il est probable que ce ne soit que les vainqueurs qui y participeront. Les prochains championnats d’Afrique se feront en Tunisie l’année prochaine.

« Nous avions fait la demande auprès du ministère de l’Autonomisation des Jeunes, des Sports et des Loisirs (MAJSL) en début d’année afin d’obtenir le budget pour le déplacement en Égypte qui était prévu alors en avril. Cela avait été validé, mais avec le confinement, nous avons eu le temps d’entrer dans une nouvelle année budgétaire et il est malheureux, mais comme il n’y a pas eu de compétition en avril, nous avons perdu les Rs 600 000 qui étaient prévues pour ce déplacement. Nous ne le récupérerons pas, même si la compétition se tiendra à une date ultérieure. Il nous faudra gérer deux championnats d’Afrique dans le budget 2020-2021 », confie Alain St Louis.

En ce qui concerne certains nouveaux projets, depuis 2019, des démarches ont été entreprises auprès du MAJSL afin d’obtenir les services d’un directeur technique national (DTN) au triathlon. En suivant les recommandations de la Fédération française de triathlon également, un nom a été proposé à la FMTri. L’instance fédérale locale tient à rehausser le niveau du triathlon à Maurice, principalement chez les jeunes, avant les Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) prévus en novembre 2021. Le contact a déjà été établi entre le DTN et la FMTri.

« Le DTN avec qui nous avons été mis en relation a un très bon niveau et pour nous ce sera un projet à long terme. Nous avons des athlètes qui ont un bon potentiel et qui doivent être bien encadrés. Il nous faut cette expertise. Je tiens à souligner que nos entraîneurs ne sont pas rémunérés, nous avons toutefois ceux qui le font par passion, et d’autres que nous avons formés et que nous perdons en cours de route », fait ressortir Alain St Louis. La compétition semi-Ironman aura lieu en septembre, alors que la 12e édition de l’Indian Ocean Triathlon se tiendra le samedi 14 novembre.