Donald Trump a accusé samedi Joe Biden de se « précipiter pour se présenter faussement » en vainqueur de la présidentielle américaine malgré l’annonce de sa victoire par les grands médias américains, assurant que l’élection était « loin d’être terminée ».

« Nous savons tous pourquoi Joe Biden se précipite pour se présenter faussement en vainqueur et pourquoi ses alliés dans les médias tentent avec autant d’efforts de l’aider: ils ne veulent pas que la vérité éclate », a écrit le président américain sortant dans un communiqué. « Le constat simple est que cette élection est loin d’être terminée », a-t-il martelé.

Interrogé lors d’une conférence de presse de son équipe de campagne à Philadelphie, son avocat personnel Rudy Giuliani a assuré que Donald Trump n’était pas prêt à reconnaître la victoire du démocrate.

« Évidemment il ne va pas reconnaître sa défaite alors qu’il y a au moins 600.000 bulletins contestés », a-t-il dit.

Le président républicain sortant a insisté sur le fait que la victoire de son rival n’avait été « certifiée » dans « aucun Etat », notamment « les Etats très contestés qui se dirigent vers des recomptages automatiques » ou ceux « où notre équipe a des contestations judiciaires valables et légitimes qui peuvent décider du vainqueur final ».

Tous les grands médias, y compris la chaîne conservatrice Fox News, ont annoncé samedi que Joe Biden avait été élu président des Etats-Unis, estimant que le milliardaire ne pouvait plus, mathématiquement, refaire son retard dans les Etats-clés.

Le camp Trump a ouvert plusieurs fronts judiciaires ces derniers jours, mais souvent assez mineurs, et n’a pas pour l’instant remporté de victoire déterminante. Donald Trump a lui-même multiplié les accusations de fraude sans aucun élément concret à l’appui.

« A partir de lundi, notre équipe va commencer à porter nos dossiers devant les tribunaux pour s’assurer que les lois électorales soient pleinement respectées et que le vrai vainqueur soit proclamé », a encore dit Donald Trump dans son communiqué.

Il a de nouveau accusé sans la moindre preuve Joe Biden de vouloir compter des bulletins « frauduleux, fabriqués ou déposés par des électeurs décédés ou privés de leurs droits civiques ».

« Je ne lâcherai pas tant que le peuple américain n’aura pas eu droit au décompte honnête qu’il mérite », a martelé Donald Trump, qui était au golf près de Washington au moment de l’annonce du résultat et n’avait toujours pas regagné la Maison Blanche en début d’après-midi.