Donald Trump, quasiment absent de tout événement public depuis l’élection présidentielle, dont il continue de contester l’issue, va sortir de l’ombre vendredi pour sa première prise de parole publique depuis l’annonce de sa défaite.

Refusant de répondre aux questions de la presse depuis 10 jours, le président sortant doit donner une allocution à 16H00 (21H00 GMT), depuis les jardins de la Maison Blanche, sur l’opération « Warp Speed », qui coordonne la stratégie vaccinale du gouvernement sur le virus.

L’horizon s’est encore assombri pour le milliardaire républicain, après de nouveaux résultats confirmant sa défaite électorale face à Joe Biden, lui-même fortifié par les félicitations de la Chine vendredi, suivant celles d’alliés américains historiques, France, Royaume-Uni et Israël en tête.

– Second mandat Trump? –

Donald Trump a pourtant encore affirmé vendredi être le vainqueur de la présidentielle. « Une élection truquée! » a-t-il tweeté, poursuivant sa remise en cause des résultats, un fait sans précédent dans l’histoire politique américaine.

Et les partisans du président, une marée de casquettes rouges « Make America Great Again », auprès de qui Donald Trump n’a cessé de s’entourer dans les dernières heures de sa campagne, continuent d’être bombardés de demandes de participation financière pour « défendre l’élection ».

Certains parmi les plus radicaux d’entre eux ont prévu de manifester samedi à Washington, même si le camp Trump est dans l’incapacité de produire un seul élément concret prouvant l’existence d’une fraude électorale à grande échelle.

Donald Trump a écrit dans un tweet envisager de se rendre à cette manifestation: « Cela fait chaud au coeur de voir tout cet énorme soutien, surtout ces rassemblements spontanés qui fleurissent à travers le pays, dont un grand samedi à D.C. Je pourrais même essayer de passer dire bonjour ».

Comme dans une réalité parallèle, ses ministres et conseillers les plus fidèles assurent aussi préparer le terrain pour « un second mandat Trump ».

« Je pense que le président va participer à sa propre inauguration » en janvier, a assuré vendredi sur Fox News la porte-parole de la Maison Blanche Kayleigh McEnany.

– « Transition en douceur » –

Le démocrate Joe Biden a pourtant consolidé sa victoire à l’élection présidentielle, en remportant l’Arizona, dont la confirmation des résultats jeudi soir avait été ralentie par le recours massif au vote par correspondance, à cause de la pandémie de coronavirus.

L’Etat du Grand Canyon n’avait élu que des candidats conservateurs à la Maison Blanche depuis Bill Clinton en 1996.

M. Biden a fait de la pandémie la priorité numéro un de son futur mandat. Il a dévoilé cette semaine le nom des membres de la cellule de crise consacrée à oeuvrer sur le sujet, dès son entrée à la Maison Blanche, prévue le 20 janvier.

Cette pandémie, régulièrement minimisée par le milliardaire républicain, a plongé le pays dans sa pire crise sanitaire depuis la grippe espagnole de 1918, sa pire récession depuis la crise de 1929, et plombé sa campagne de réélection.

Alimentée par une propagation effrénée de l’épidémie dans le Midwest, la moyenne des contaminations dépasse désormais les 100.000 nouveaux cas chaque jour.

Une urgence qui nécessite d’accélérer la procédure de transition, affirment les démocrates.

« Il y a actuellement des responsables au sein du ministère de la Santé qui préparent une campagne de vaccination pour février-mars, lorsque Joe Biden sera président », a détaillé jeudi à la chaîne MSNBC son futur chef de cabinet, Ron Klain.

« Plus tôt nous pourrons faire participer nos experts en charge de la transition aux réunions avec les personnes qui planifient la campagne de vaccination, plus la transition pourra se faire en douceur… »

Mais celle-ci est pour l’instant très entravée: seule une poignée d’élus républicains ont reconnu la victoire de Joe Biden.

« L’élection est terminée », a balayé vendredi la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, insistant sur les 78 millions de voix remportées par M. Biden, un record.