Le cockpit avec la main du capitaine qui plane uniquement au-dessus des commandes et fournit aucun entrée

Déjà très automatisés, les avions de ligne pourraient bientôt se passer entièrement de pilote. Airbus vient de conclure avec succès son projet Autonomous Taxi, Take-Off and Landing (Attol), ou « roulage, décollage et atterrissage autonomes » en français. Ce sont les trois phases d’un vol gérées habituellement par le pilote, car trop complexes pour les systèmes automatiques. Le système développé par Airbus a permis d’effectuer l’intégralité de ces manœuvres sans dépendre des liaisons satellites ou d’équipements au sol.

Le constructeur aéronautique a choisi de travailler sur un A350-1000 XWB, car il est déjà équipé de nombreuses caméras pour aider les pilotes à guider l’avion au sol. Ce sont ces caméras, couplées à une intelligence artificielle dotée d’une technologie de reconnaissance d’image, qui ont servi à guider l’avion.

Airbus avait lancé le programme d’essais en vol autonomes – connu sous le nom de projet Autonomous Taxi, Take-off, and Landing ou ATTOL – en 2018.

Une série de six vols autonomes réalisés avec succès

La première étape importante de la campagne d’essais en vol a eu lieu en décembre, lorsqu’Airbus a pu démontrer avec succès des décollages autonomes depuis l’aéroport de Toulouse-Blagnac en France. Tout ce que les pilotes devaient faire lors du premier test était d’aligner l’avion sur la piste, puis de s’asseoir et de regarder l’avion dévaler la piste, décollant de lui-même. Airbus a réalisé un test sur un total de 500 vols, dont 450 pour collecter les enregistrements vidéo afin d’entraîner l’intelligence artificielle.

Le test final, réalisé avec succès, était une série de six vols, incluant chacun cinq décollages et atterrissages. Le système parvient non seulement à repérer la piste et s’orienter, mais s’occupe également de toutes les corrections de trajectoire habituellement effectuées par les pilotes, par exemple en cas de vent. En effet, un certain nombre de facteurs – y compris le vent – peuvent faire dévier un avion pendant le décollage et le pilote doit corriger le cap de l’avion quand il le fait. Mais ce n’était pas le cas ici, car l’avion faisait tout le travail.

Tous ces vols ont été effectués avec des pilotes dans le cockpit, mais ils ne faisaient qu’acte de présence et n’intervenaient pas sur les paramétrages et le pilotage des vols.

Le programme s’appuie fortement sur les caméras embarquées de l’A350 utilisées par les pilotes pour aider à guider l’avion au sol, offrant des points de vue depuis la queue et le train d’atterrissage.

Même les passagers peuvent y accéder pour une vue unique du décollage et des atterrissages, un répit de la programmation standard à bord des émissions de télévision et des films.

Un vol entièrement autonome désormais possible

Ces tests de roulage, de décollage et d’atterrissage ouvrent la porte à un vol entièrement autonome. Jusqu’ici, la pratique est que les avions volent eux-mêmes après le décollage grâce au pilote automatique, et que les pilotes peuvent s’asseoir et se détendre pendant la majeure partie du vol, excepté si les conditions externes exigent un pilotage manuel. Mais Airbus vient de porter cette idée au niveau supérieur après avoir prouvé qu’un avion à réaction peut effectuer des manœuvres complexes sans intervention du pilote.

Airbus ne s’intéresse pas uniquement au vol autonome. Le projet Attol fait partie d’un programme de recherche chez Airbus baptisé UpNext. Il comprend entre autres le projet Maveric qui développe une forme d’avion plus aérodynamique, ainsi que fello’fly, qui étudie les économies de carburant en faisant voler un second avion dans le sillage du premier. Les prochaines années pourraient donc apporter beaucoup d’évolutions aux avions de ligne.

La réussite du projet ouvre la porte à des vols entièrement autonomes puisque le pilote automatique gère déjà la plupart des fonctions en vol.

Ce qu’en pensent les internautes de la perspective de vols totalement autonomes

CONTRE

— “Cette technologie existe depuis des années. Cela n’arrivera jamais, parce que nous ne l’accepterons jamais.”

— “Il y aura beaucoup de sièges vides dans cet avion”

— “Je n’ai aucun problème avec les systèmes de vol automatisés, mais le jour où ils retirent les pilotes de l’avion et passent au vol entièrement automatisé et non supervisé, c’est le jour où j’arrête de voler.”

— “L’ordinateur pourra-t-il atterrir sur l’Hudson ? Un ordinateur pourra-t-il piloter l’avion comme un planeur vers les Açores et l’atterrir ? Qu’en est-il du vol plané vers une piste d’atterrissage abandonnée à Gimli au Manitoba ? Il y a trop de raisons pour justifier le besoin de pilotes réels et expérimentés au lieu d’ordinateurs ou d’opérateurs à distance.”

— “Les ordinateurs ne pensent qu’à la façon dont ils sont programmés, les humains peuvent accéder à beaucoup plus de situations qu’un ordinateur ne peut le faire lors d’opérations irrégulières. Ainsi, les drones peuvent être exploités à l’autre bout du monde, mais le grand public ne montera jamais dans un avion sans pilote (s).

— “Les ordinateurs sont une aide précieuse pour voler et je suis reconnaissant pour de nombreuses avancées. Cependant, il y a encore trop d’incidents où l’ingéniosité du pilote humain a sauvé la journée où l’ordinateur était chargé de quelque chose en dehors de sa programmation. Je ne peux évidemment pas parler pour un avenir lointain, mais rien de ce que je vois ou de lire pour l’avenir immédiat ne me suggère même que les pilotes sont inutiles.”

— “Panne du pilote automatique en vol ? Alors quoi ? Je ne monterais JAMAIS dans un avion entièrement autonome et je suis pilote d’Airbus MAINTENANT !”

— “Vol entièrement autonome, voitures sans conducteur, robots bien sûr, nous pouvons le faire, mais à quoi ça sert ? Tuer plus d’emplois, simplement parce que nous le pouvons ? Je vais prendre le train. Attendez ils ont encore des ingénieurs, non ?”

“Le taxi, le décollage, la trajectoire de vol, l’approche et l’atterrissage sont une chose. Introduisez une urgence et vous avez quelque chose de complètement différent. Qu’en est-il des orages, du givrage, de la grêle, de la turbulence et d’autres phénomènes météorologiques ? Trop de variables à prendre en compte qui ne peuvent pas être programmées pour compenser. Tout comme les véhicules autonomes, cela ne se produira pas de notre vivant. L’IA n’est pas assez bonne et la puissance de traitement n’est pas encore là.

POUR

— “Et pourtant, l’armée fait voler des drones à l’autre bout du monde depuis le Nevada depuis des années. Eh oui, les ordinateurs seront si intelligents qu’ils pourront effectuer des atterrissages d’urgence et ils pourront probablement le faire plus rapidement et plus efficacement.”

— “Existe déjà : le système d’atterrissage d’urgence autonome « Autonomi » de Garmin, disponible sur certains avions de l’aviation générale. Cela effectue automatiquement la descente, l’approche et l’atterrissage à un aéroport proche approprié. S’active si le pilote n’interagit pas avec l’avion pendant une durée prédéfinie ou si un passager appuie sur le bouton.”

— “Je vois cela comme un pas vers un avenir inévitable. Je vois beaucoup de commentaires sur la façon dont cette technologie se comporterait dans un environnement réel. En guise de sauvegarde au début de cette technologie, les compagnies aériennes pourraient avoir une équipe dédiée de pilotes qualifiés prêts à contrôler à distance l’avion dans des circonstances exceptionnelles, ce qui permettrait d’économiser sur les coûts globaux de l’équipage.”

— “Oui, tout cela existe dans mon imagination, mais je ne pense pas que nous attendrons trop longtemps avant que cette technologie automatisée ne soit mise en œuvre davantage, tant que les services de support fonctionnent également en arrière-plan. L’objectif serait une économie de carburant de vol optimale, une utilisation plus efficace de l’espace aérien et une meilleure sécurité avec un personnel global réduit en ayant un magasin de connaissances plus central rendant la distribution des codes/systèmes mieux contrôlée.”