Pour la Dr Catherine Gaud, il n’y a aucune inquiétude à avoir sur le vaccin AstraZeneca. « Pour l’instant, ni l’OMS ni les institutions scientifiques n’estiment que le vaccin AstraZeneca n’est responsable de la maladie trombon vasculaire allégué », a soutenu Dr Gaud ce samedi, 13 mars.

« Ce qui est important, c’est de comparer le taux de personnes qui ont fait des accidents vasculaires avec le taux de la population génerale. Il s’avère que chez les gens vaccinés par AstraZeneca, il y a pas plus, voir plutôt moins, d’accident vasculaire que la population générale. Pour les scientifiques, ce n’est que le taux normal. C’est pour cela que l’OMS estime que ce n’est pas une véritable alerte », indique la Dr Catherine Gaud

Elle avance toutefois qu’il faut toujours suivre « l’évolution et les nouveautés scientifiques ».

Pour rappel, l’OMS a déclaré vendredi qu’il n’y avait « pas de raison de ne pas utiliser » le vaccin contre la Covid d’AstraZeneca, après la suspension de son utilisation par mesure de précaution dans plusieurs pays européens.

« Oui nous devrions continuer à utiliser le vaccin d’AstraZeneca », « il n’y a pas de raison de ne pas l’utiliser », a déclaré Margaret Harris, une porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé vendredi au cours d’un point de presse de l’ONU à Genève.

Ce vaccin est le seul homologué par l’OMS avec celui de Pfizer-BioNTech, qui repose sur une autre technique.

Le Danemark, l’Islande et la Norvège ont, pour leur part, annoncé jeudi la suspension des injections du vaccin d’AstraZeneca en invoquant le principe de « précaution ». La Bulgarie a fait de même vendredi et la Thaïlande a retardé sa campagne.