(Photo by CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP)

La perspective d’un vaccin efficace contre le Covid-19 est « encourageante » mais il est « très tôt » pour décider des conditions de son déploiement en France, a estimé mardi le porte-parole du gouvernement français.

« Le vaccin ne pourra pas être une solution à la 2ème vague que nous vivons », a souligné le porte-parole, Gabriel Attal, à la sortie du conseil des ministres.

Lundi, les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech ont affirmé que leur candidat vaccin était « efficace à 90% » contre le Covid-19, selon l’essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant une demande d’homologation, suscitant une vague d’espoir dans le monde.

Mardi matin, le député européen écologiste Yannick Jadot s’est dit favorable à rendre ce vaccin obligatoire.

« Il est très tôt pour dire, aujourd’hui, les conditions dans lesquelles nous déploierons un vaccin alors même qu’aucun vaccin aujourd’hui n’a été définitivement validé », a estimé de son côté M. Attal.

« Chaque fois que la recherche progresse, c’est toujours encourageant mais il faut être d’une très grande prudence dès lors que les données scientifiques ne sont pas connues, dès lors que l’ensemble des essais et des tests n’ont pas été réalisés », a tempéré le porte-parole du gouvernement français.

M. Attal a rappelé qu’un milliard et demi d’euros ont été provisionnés pour l’achat de doses vaccinales dans le budget de la sécurité sociale en France pour 2021, et que commandes et précommandes de doses sont « préparées et anticipées » avec les autres pays européens.