(Photo by LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP)

Il est souvent conseillé au service de la santé publique d’adopter les bonnes pratiques qui sont en place dans le privé. Mais dans le cas de cette clinique privée des hautes Plaines Wilhems, où se fait actuellement le vaccin contre la Covid-19, elle gagnerait à prendre exemple sur les centres de vaccination du ministère de la Santé en matière d’organisation. Ils sont nombreux qui se sont rendus dans ces centres à témoigner de l’encadrement professionnel du personnel. Chaque personne est vue individuellement par un ou deux médecins avant l’injection de la première dose. Et le protocole sanitaire y est respecté.

Cette clinique située non loin du centre-ville et qui a effectué récemment de gros travaux pour s’agrandir mérite quant à elle un zéro pointé sur sa manière de procéder pour l’exercice qu’elle a organisé dans la matinée de mercredi dernier. Un exercice qui est facturé à Rs 300 (le tarif pratiqué dans les cliniques privées) pour l’injection de chaque dose. Pour commencer, cet établissement a fait l’impasse sur les premières mesures du protocole sanitaire en omettant la prise de température de ceux qui se sont présentés dans son nouveau bâtiment. Pas de hand sanitizer non plus. Quant à la distanciation sociale, n’en parlons pas ! À ajouter le va-et-vient d’ouvriers, masque baissé pour certains, dans la salle d’attente. Regroupés en attendant leur première dose, les futurs vaccinés ont eu droit à un briefing collectif d’une docteur qui devait aussi répondre aux questions des uns et des autres par rapport à leurs préoccupations médicales. Pour ce qui est de la discrétion, la clinique ne pouvait pas faire pire. Et au final, c’est dans la précipitation que beaucoup se sont dirigés dans l’aile dédiée à la vaccination.

Face aux critiques sur les manquements notés, le personnel devait s’excuser en avançant qu’il allait remédier aux failles. Mais pour ce qui est de la prise de température, elle ne serait, selon un des membres du personnel, « pas nécessaire puisque personne n’a eu accès à l’intérieur du bâtiment principal de la clinique. » Allez comprendre, quand la prise de température est de rigueur dans n’importe quel lieu accessible au public, du plus petit commerce au supermarché !