Photo d'illustration

Dans un  »public statement », publié le 1er septembre, Amnesty International se dit préoccupée par la récente prise de position du gouvernement mauricien visant à instaurer la vaccination obligatoire contre la Covid dans certains secteurs, et à introduire des sanctions pénales pour ceux qui ne s’y conforment pas.

Les nouvelles réglementations sous la Quarantine Act, publiées dans le Government Gazette le 2 juin 2021, exigent les travailleurs de certains secteurs à recevoir au moins une dose du vaccin contre la Covid-19, sous peine d’une amende de Rs 500 000 et d’une peine de prison de cinq ans maximum.

Amnesty International est également préoccupée par les informations selon lesquelles les travailleurs de certains secteurs, comme celui de l’hôtellerie, doivent prouver que tous les membres de leurs familles sont vaccinés.

À cet effet, conformément aux recommandations de l’OMS, Amnesty International estime que les gouvernements doivent se concentrer sur l’adoption volontaire du vaccin et que les campagnes de sensibilisation du public doivent être au premier plan de ces efforts.

A cet effet, plaide l’organisation, les avantages scientifiques des vaccins doivent être expliqués et diffusés d’une manière compréhensible dans divers contextes sociaux et culturels.

« Il s’agit là d’une composante essentielle du droit à la santé, car les individus et les communautés ne peuvent prendre des décisions concernant leur santé que s’ils sont informés de l’évolution de la situation et disposent d’informations précises, opportunes et accessibles », soutient le statement d’Amnesty International .

Ci-dessous, le statement complet d’Amnesty International sur la vaccination obligatoire :

MAURITIUS: ANY VACCINATION … by Le Mauricien