Photo illustration

Une semaine après la réception des vaccins AstraZeneca de l’Inde, la campagne de vaccination des frontliners est bien enclenchée. À ce jour, après les premières injections mardi sur le personnel soignant de l’hôpital ENT, 207 personnes au total, incluant les frontliners de l’aéroport et du port ont été vaccinées. La campagne de vaccination se poursuivra cette semaine, cette fois selon un nouveau calendrier établi, et sera effectuée dans les cinq hôpitaux de l’île.

Depuis mardi dernier, le vaccin Covishield d’AstraZeneca obtenu grâce à un don du gouvernement indien au gouvernement mauricien a été administré à 207 frontliners. La campagne de vaccination, effectuée par une équipe du ministère de la Santé formée à cet effet, a démarré dans une salle spécifiquement aménagée pour l’exercice à l’hôpital Candos, sous les yeux du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, de la haute-commissaire de l’Inde, Nandini Singla et du directeur régional de l’OMS, le Dr Laurent Musango, entre autres. Ils étaient  77 ce jour-là à avoir reçu leur première dose. Cela, non sans avoir au préalable été soumis à un exercice de screening médical afin de s’assurer qu’ils pouvaient faire le vaccin AstraZeneca.

Selon nos informations, une centaine de frontliners de l’hôpital ENT qui, rappelons-le, a été transformé en centre de quarantaine, a souhaité faire le vaccin. Cependant, l’exercice de screening n’aura permis qu’à 77 d’entre eux, médecins, infirmiers, chauffeurs, attendants, general workers, etc., de se faire vacciner. Mercredi, sur plus d’une centaine de postulants au vaccin Covishield, 100 employés de l’aéroport, incluant le ground personnel d’Air Mauritius, les employés d’Airport of Mauritius, etc., ont reçu leur première dose. Vendredi, ce fut au tour des employés du port. Au total, sur 37 postulants, 30 ont ou se faire vacciner. Si à ce stade 207 personnes ont reçu leur première dose d’AstraZeneca, les autorités sanitaires comptent élargir le groupe cette semaine avec la décentralisation des services de vaccination du Covishield aux cinq hôpitaux régionaux.

Si les autorités disposent d’une capacité de vaccination de 1000 doses par jour, reste que l’exercice dépendra du nombre de volontaires et des résultats du screening médical au préalable.  Cet exercice de screening vise à détecter d’éventuelles allergies ou autres complications, voire des projets d’enfant, entre autres, qui empêcheraient le volontaire d’être administré le Covishield. Le questionnaire auquel un médecin soumet le volontaire a été établi avec le fabricant, l’OMS et le ministère de la Santé.

En attendant, les autorités sanitaires poursuivent les discussions avec différents laboratoires, dont le Serum Institute of India ainsi que le  laboratoire Pzifer, entre autres, pour l’acquisition d’autres doses vaccinales anti-Covid-19. Les vaccins qui seront fournis par l’OMS sous la Covax Alliance sont attendus avant le 15 février. L’objectif des autorités mauriciennes étant d’atteindre au plus vite l’immunité collective avec la vaccination d’au moins 60% de la population. Ce qui devrait alors permettre, avec comme finalité la réouverture des frontières, la reprise des activités touristiques et économiques.