Les cinq centres de quarantaine, établis par le ministère de la Santé en vue de contrôler la propagation de la pandémie du covid-19, le Virus Sans Frontières, hébergeaient hier aprèsmidi 187 passagers venant de l’étranger.

Depuis le week-end dernier, le centre d’accueil et de loisirs du troisième âge, à Belle-Mare, a été transformé en centre de quarantaine, avec déjà le plus grand nombre de cas en hibernation.

D’ailleurs, une Mauricienne venant des États-Unis, qui avait initialement refusé de se faire admettre au centre de Belle-Mare à sa descente d’avion, a finalement dû se plier aux directives en vigueur dans le cadre de la veille sanitaire, alors que 11 autres ont pu évacuer les centres pour rentrer chez eux après la période d’isolement. La situation dans les différents centres est la suivante :

– New Souillac Hospital, 32 personnes en quarantaine et deux personnes en salle d’isolement.

– Anse la Raie, 45 personnes en quarantaine. – Pointe-Jérôme : 33 personnes en quarantaine.

– Quatre-Soeurs, 25 personnes en quarantaine.

– Belle-Mare, 52 personnes en quarantaine.

Par ailleurs, le Central Health Laboratory, basé à l’hôpital Victoria, à Candos, a déjà effectué 119 tests de vérification en vue d’un éventuel cas du Covid- 19, mais le tout s’est révélé négatif. Des tests aléatoires ont été envoyés au National Institute on Communicable Disease en Afrique du Sud à des fins de contre-vérification. Les résultats de cette agence, qui figurent parmi les agences de vérification reconnues par l’OMS, corroborent avec les résultats obtenus à Maurice.

Toujours sur le front de la Santé publique, 11 cas de Dengue ont été enregistrés jusqu’à hier. Dix patients ont été pris en charge par le ministère et présentent tous un état de santé stable. Le ministère de la Santé et du Bienêtre a initié l’ensemble des mesures de santé publique applicables en pareille situation.

La région concernée fait ainsi l’objet d’exercices de fumigation sur une base quotidienne et des produits larvicides sont également appliqués dans les zones considérées comme étant à risque, et ce sur une base régulière. Les habitants des régions concernées ont aussi été sensibilisés quant à la Dengue. Ils ont reçu des produits anti-moustique. Une surveillance sanitaire de la zone concernée a été mise en place. Des tests aléatoires et ciblés sont effectués sur une base régulière. Ces mesures resteront en vigueur aussi longtemps que la situation n’est pas résolue.