Photo illustration

Avec un grand nombre de passagers prévu sur le vol de rapatriement de ce vendredi 14 août, une liste de priorité a été établie pour ceux en provenance de ces pays (voir liste ci-dessous).

Le ministère des affaires étrangère s’est donc basé sur les critères suivants :

• Ceux qui sont allés à l’étranger pour suivre un traitement médical ;

• Personnes âgées ;

• Les familles accompagnées de jeunes enfants et de mineurs ; et

• Les étudiants et autres citoyens en détresse.

• Les personnes en possession d’un billet de retour

A savoir que le ministère des affaires étrangère a encouru des difficultés sur plusieurs fronts pour cet exercice de rapatriement car il impliquait des passagers de différents continents et de 26 pays. Les Mauriciens bloqués se trouvaient dans des fuseaux horaires différents et dans différents États et villes. La coordination des listes des Mauriciens bloqués avec 14 missions diplomatiques était également un défi.

Compte tenu de la situation alarmante de la pandémie COVID 19 aux États-Unis, en particulier aux États-Unis, de nombreux Mauriciens éprouvaient des difficultés à obtenir les résultats de leurs tests PCR à temps car de nombreux laboratoires étaient submergés par le grand nombre de tests à effectuer.

Selon le ministère concerné, une autre difficulté majeure était de transporter par avion des passagers depuis le Japon car, au départ, Emirates n’était pas en mesure de les transporter directement et ils auraient dû transiter via Singapour. Les passagers bloqués ont également eu du mal à obtenir leurs tests PCR étant donné qu’il y avait trois jours fériés au Japon à partir du 10 août 2020.

A ce jour, tous les passagers qui étaient bloqués au Pakistan ont été rapatriés.