PHOTO ILLUSTRATION

Le gouvernement a décidé de passer à la vitesse supérieure concernant le rapatriement des Mauriciens bloqués à l’étranger en raison de la fermeture des frontières dans le sillage de la pandémie de COVID-19. Une fois cette étape terminée, les autorités seront en mesure d’aborder la prochaine étape avec plus de sérénité, à savoir la réouverture des frontières, fait-on ressortir.

Le gouvernement se propose ainsi de procéder au rapatriement de 2 800 Mauriciens durant les trois prochaines semaines, a-t-on appris de sources officielles. La distanciation sociale dans les avions ne sera plus pratiquée étant donné que tous les passagers doivent faire un test PCR avant d’être autorisés à monter à bord. Par conséquent, le nombre de passagers par avion passera de 150 à 300. Des dispositions ont été prises localement auprès des hôtels afin d’augmenter la capacité d’accueil en quarantaine dans l’île, fait-on ressortir.

Répondant à la PNQ du leader de l’opposition mardi, le Premier ministre adjoint, Steven Obeegadoo, a clairement fait comprendre que la priorité actuelle du gouvernement reste le rapatriement des Mauriciens bloqués à l’étranger. « L’ouverture des frontières sera envisagée aussitôt que la création d’un laboratoire à l’aéroport aura été complétée », a-t-il dit. Ce qui, selon le Premier ministre, aura lieu dans les prochaines semaines. Il est à souligner qu’un vol d’Air Mauritius dans le cadre des vols de rapatriement est arrivé au pays ce matin avec à son bord 188 personnes.