Selon un article de Marine Log, la Panama Maritime Authority (AMP) pointe du doigt un manque de supervision et de contrôle de l’équipement de navigation et un « excès de confiance », parmi les facteurs qui ont pu causer l’échouement du MV Wakashio, le 25 juillet.

L’AMP dit attendre les conclusions d’un entretien avec le capitaine du vraquier et son premier officier, qui ont été placés en détention à Maurice. L’autorité a également demandé l’accès au VDR (Voyage Data Recorder) ainsi qu’à d’autres documents essentiels de navigation du navire pour mener à bien son enquête.

Selon l’AMP, le navire s’est écarté de son plan de navigation, qui avait été approuvé au moment de son départ de Singapour à destination du Brésil. « La modification du cap, selon l’AMP, pourrait être liée à la célébration de l’anniversaire d’un des membres de l’équipage », précise l’article.

« Jusqu’à présent, selon les déclarations de l’équipage, le changement de cap a suivi les instructions du capitaine de Wakashio d’approcher à environ 5 miles des côtes de l’île Maurice, à la recherche d’un signal téléphonique et Internet, afin que les membres de l’équipage puissent communiquer avec leurs familles », peut-on lire sur Marine Log.

L’AMP indique que le capitaine du navire, le chef mécanicien et le premier officier se trouvaient sur la passerelle de navigation lorsque cette approche a eu lieu, ce qui a provoqué une situation dangereuse.

L’AMP poursuit en indiquant qu’une « analyse appropriée de la situation aurait permis de prendre les mesures nécessaires pour corriger le tir et éviter l’accident ».

L’autorité maritime du Panama estime, à cet effet, que la mauvaise carte électronique nautique était utilisée et avec la mauvaise échelle, ce qui a rendu impossible de vérifier correctement l’approche de la côte et des eaux peu profondes.