Source photo : internet

La nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp entrera en vigueur le 15 mai. L’application a commencé à avertir ses utilisateurs qu’ils ne pourront plus utiliser le service comme aujourd’hui s’ils ne les valident pas d’ici là.

Même si Facebook s’en défend, la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp implique un partage de données plus important avec la maison-mère de l’application, Facebook. « Avec cette mise à jour, nous vous fournissons plus d’informations dans nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité, y compris sur la façon dont vous pouvez discuter avec les entreprises si vous le souhaitez », explique l’entreprise dans sa notification aux utilisateurs, dans un message volontairement flou.

L’entreprise américaine a commencé à notifier les usagers du service ces derniers jours sur leur smartphone. « Les conditions d’utilisation entreront en vigueur le 15 mai 2021. Veuillez accepter ces conditions d’utilisation pour continuer à utiliser WhatsApp après cette date », indique un message qui s’affiche à l’ouverture de l’application. Cette nouvelle politique devait initialement entrer en vigueur le 8 février, mais Facebook l’avait reportée de plusieurs mois en raison des troubles suscités par l’annonce de ces changements chez les utilisateurs de WhatsApp. Une partie d’entre eux avait notamment décidé de migrer vers des applications plus respectueuses de la vie privée, comme Signal.

WhatsApp laissait la possibilité à ses deux milliards d’utilisateurs de décider de transmettre ou non les données collectées par l’application à Facebook et ses différentes entités. La plateforme veut désormais rendre ce partage obligatoire pour permettre aux entreprises utilisant des comptes WhatsApp Business de dialoguer plus facilement avec leurs clients. Les données concernées par ces traitements sont des informations de profil, comme le nom, prénom, et le numéro de téléphone, l’adresse IP et les données relatives aux transactions réalisées via la messagerie. Mais pas les conversations, qui restent chiffrées de bout en bout, ni l’historique des appels ou leur localisation.

Si vous souhaitez continuer d’utiliser l’application comme aujourd’hui après le 15 mai, il n’y aura pas d’autre choix que d’accepter la nouvelle politique de WhatsApp. En cas de refus, WhatsApp ne supprimera pas immédiatement votre compte. Mais celui-ci fonctionnera selon un mode restreint, les principales fonctionnalités ne seront plus accessibles. « Vous n’aurez qu’un accès limité aux fonctionnalités de WhatsApp jusqu’à ce que vous les acceptiez. Pendant une courte période, vous pourrez recevoir des appels et des notifications, mais vous ne pourrez pas lire ou envoyer de messages depuis l’application », soutient l’entreprise.