« C’est une erreur stratégique qui a amené le Lockdown ». C’est ce qu’a déclaré le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, ce vendredi 12 mars, réagissant à la décision du gouvernement d’instaurer un confinement national du 10 au 25 mars.

Pour le leader du PMSD, « l’erreur du gouvernement » est d’avoir permis les rassemblements malgré la détection de nouveaux cas locaux. « Le gouvernement aurait dû agir avec courage. Il doit désormais trouver l’équilibre pour empêcher la propagation du virus et subvenir aux besoins de la population », a-t-il observé.

Selon Xavier-Luc Duval, Maurice se retrouve désormais avec « un manque dramatique de vaccin » dû au « manque de prévoyance du gouvernement ».

Il a affirmé que le gouvernement était « au courant » de la nécessité de précommander les vaccins, ajoutant que « 200 000 doses ne sont pas suffisantes ».

« C’est 1.8 million de doses que nous devions avoir. Maurice s’est limitée à la facilité du Covax. Désormais, il y a un grand fossé à combler », a-t-il poursuivi.

Le leader de l’opposition considère, en outre, que le nombre de tests réalisés par jour est « bien en-dessous du nécessaire ». Le ministre de la Santé, Kailesh Jugatpal, a indiqué que 400 tests sont effectués par jour. Or, selon Xavier-Luc Duval, il aurait fallu en faire « une dizaine de milliers » par jour.

S’agissant de l’annonce du ministre des Finances concernant une compensation de Rs 2 550 remise à chaque self-employed pendant le confinement, le leader de l’opposition est d’avis que cette somme est loin d’être suffisante. « Pourquoi les traite-t-on comme des mendiants? », s’interroge XLD.

Concernant la reprise du parlement, prévue le 23 mars, le leader de l’opposition est d’avis qu’un « agenda spécial Covid » doit impérativement être débattu. Il propose à cet effet de tenir des séances de parlement virtuel au vu de la situation.

« Il est absolument nécessaire que le parlement se rencontre malgré les risques, afin de mettre le gouvernement face à ses responsabilités devant la Covid », a souhaité le leader de l’opposition.