« Mo ti touzour dirmo krwar dan Bondie, ti ena dimonn ti pe riy mwa kan mo ti pe dir sa », a déclaré Yogida Sawmynaden, satisfait du dénouement à sa sortie du tribunal de Port-Louis, où la 2e Private Prosecution portée à son encontre a été rayée ce jeudi 27 mai à la demande du DPP.

Face à la presse, l’ex-ministre du Commerce s’est dit victime de « de harcèlement et d’oppression ».

« Malheureusement, il y a certains avocats qui utilisent Mme Kistnen pour me harceler. Ils procèdent en ‘trial and error’. Je ne m’était pas exprimé auparavant parce que j’ai un respect pour les institutions. Aujourd’hui, que c’est affaire a été rayée, je peux m’exprimer », a-t-il déclaré.

Yogida Sawmynaden a tenu à remercier tous ses collègues qui l’ont soutenu et « (ses) deux ou trois amis qui sont restés ».

« J’ai même eu le soutien de députés de l’opposition », a ajouté ce dernier. Avec une 3e Private Prosecution prévue, sous une charge provisoire de « forgery by private individual », l’ancien ministre a choisi de ne pas se prononcer. « Les zot », a-t-il lancé.

Quant à la fin de son « congé politique », Yogida Sawmynaden n’a pas tenu à s’exprimer sur le sujet, se contentant de dire que « c’est un autre débat ».

Son homme de loi, Me Raouf Gulbul, a soutenu que les avocats de Mme Kistnen n’ont « aucune matière » pour porter une poursuite, affirmant qu’il « n’y a aucune offense ».

« Il ne faut pas oublier la présomption d’innocence », a fait ressortir l’avocat de Yogida Sawmynaden.

En ce qui concerne la charge provisoire de « forgery by private individual » et des infractions alléguées sous les sections 108 (a), 111 et 121 de la Criminal Code Act, Sanjeev Teeluckdharry affirme que Yogida Sawmynaden « finn zap dan karay pe al direk dan dife ».

« La sentence est beaucoup plus grave. Donc ce n’est pas vrai de dire que toutes les accusations ont été rayées contre lui », a fait comprendre l’avocat de Simla Kistnen.