Les banques des circonscriptions 15, 16 et 17, décrétées zone rouge, sont fermées depuis vendredi. Bien que les guichets automatiques restent opérationnels dans ces endroits, ce service n’est hélas pas accessible à tous les habitants, principalement les personnes âgées, qui ont toujours eu l’habitude de se rendre à la banque munies de leurs cartes “payroll” pour leurs transactions. Cependant, les policiers sont catégoriques : ces personnes ne pourront sortir de la zone rouge pour se rendre dans une succursale ouverte.

Depuis vendredi, les personnes habitant la zone rouge mais qui ne détiennent pas de cartes ATM sont en difficulté. Elles ne s’étaient pas préparées à ce que les succursales de ces régions spécifiques ferment d’un coup leurs portes durant le total “lockdown” et n’avaient pas prévu pour retirer de l’argent. Cette situation difficile concerne davantage les personnes âgées qui n’utilisent pas ce service de la banque et d’habitude se rendent dans les succursales pour effectuer des retraits.

Hier matin, certains d’entre eux ont témoigné à Le-Mauricien avoir tenté de faire leurs proches les emmener dans une banque en dehors de la zone rouge afin de faire leurs transactions. Or, ils se sont heurtés à un refus catégorique des policiers qui leur ont fait comprendre qu’ils ne peuvent en aucun cas quitter le Restricted Area. « Un voisin qui détient le WAP m’a proposé de m’emmener à la succursale de Rose-Hill pour que je retire mon argent. À Pont Fer, la police nous a arrêtés, je leur ai montré ma carte de banque et ma carte d’identité et leur ai expliqué qu’aujourd’hui c’est mon jour pour me rendre au supermarché mais que je n’avais as d’argent sur moi et qu’il était nécessaire que je me rende en banque mais ils ont refusé. Après 15 minutes de discussions, ils n’ont toujours rien voulu entendre, menaçant même de nous donner une contravention si on ne repartait pas. Mon voisin m’a proposé de me prêter de l’argent pour que je puisse faire mes courses aujourd’hui. Mais que se passera-t-il les autres fois où j’aurai besoin de sous », se demande cette habitante de Phoenix qui vit seule et dont les enfants sont à l’étranger.

Ceux qui n’ont pas de cartes ATM se retrouvent ainsi dans la même situation. Bien qu’il existe une hotline pour les personnes âgées et  handicapées en détresse, soutient-on, « on ne peut pas grandement aider ». Ces personnes lancent un appel aux autorités concernées pour trouver une solution et demandent qu’au moins une banque reste ouverte dans la zone rouge. Et l’une d’elles d’ajouter : « Et on demande à la police de trouver un moyen de laisser ces personnes circuler au moins une fois pour faire leur retrait d’argent. »