Les limiers de la CID de Rodrigues, menés par le chef-inspecteur Courteau, agissant sous la supervision de l’ACP Devanand Reekoye, ont arrêté un second suspect hier dans le cadre de l’agression mortelle de Jean-Marc Spéville (41 ans), retrouvé mort dans un ravin à Cascade Pigeons en fin de semaine dernière. Jacques Désiré Laval Augustin était activement recherché depuis samedi. Ce trentenaire est considéré comme le dernier compagnon en date de Vanessa Varden (25 ans) suspecte n°1 dans cette affaire. À l’heure où nous mettions sous presse à la mi-journée, il était interrogé par les enquêteurs.
Selon les indications disponibles, le suspect Jacques Désiré Laval Augustin, un habitant d’Eau-Claire, non-loin de la région de Port Sud-Est, était activement recherché par une Special Team constituée en vue de son arrestation car les enquêteurs étaient loin d’être satisfaits des aveux initiaux de sa compagne Vanessa Varden selon lesquels elle se serait débarrassée du corps de Jean-Marc Spéville en agissant seule.
Le corps du malheureux a été découvert dans le ravin de Cascade Pigeons vendredi au cours des recherches entamées à la suite de sa disparition depuis la veille. Sa 4×4, de couleur verte, avait été retrouvée à proximité. Dans un premier temps, certains n’excluaient pas la possibilité d’un suicide, étant donné le lieu très retiré où le corps a été retrouvé. Et vu les sérieuses blessures qu’il portait à la tête, la police ne pouvait écarter l’hypothèse du Foul Play.
Le Principal Police Medical Officer (PPMO), le Dr Maxwell Monvoisin, a été dépêché à Rodrigues samedi. L’autopsie effectuée à la morgue du Queen Elizabeth Hospital de Crève-Coeur le même jour a alors attribué le décès à une fracture du crâne et de multiples blessures à la tête et au cou, confirmant du coup la thèse du Foul Play et balayant d’un revers la thèse d’un éventuel acte de désespoir.
À partir des informations recueillies par les enquêteurs, l’étau policier s’est resserré autour de Vanessa Varden. Elle était déjà connue des services de police à Rodrigues pour avoir été victime d’une agression au couteau quelque temps de cela, en rapport à une affaire de moeurs. Selon les indications recueillies par la CID de Rodrigues, Vanessa Varden a été aperçue à l’arrêt d’autobus du Contour Oblas, soit non-loin des lieux du crime. Cette habitante de La-Fouche-Corail aurait aussi été aperçue à plusieurs reprises auparavant avec la victime.
La veille de la découverte macabre jeudi, cette employée d’un supermarché de Coromandel avait demandé une permission à son employeur pour quitter son lieu de travail pendant quelques heures. Motif évoqué : des factures à régler à Port-Mathurin. Son absence du supermarché coïncide, selon la police, avec l’heure de l’agression mortelle à Cascade Pigeons.
Arrêtée samedi, Vanessa Varden devait dans un premier temps soutenir avec force qu’elle avait bousculé Jean-Marc Spéville à un endroit avec une pente d’environ 45°. Les enquêteurs n’ont cependant pas cru à cette histoire dans la mesure où les blessures Post Mortem relevées par le Dr Monvoisin indiquaient clairement qu’un objet pointu avait été utilisé dans l’agression mortelle.
Pressée de questions, Vanessa Varden est passé aux aveux. Elle a soutenu que le suspect aurait d’abord tenté de l’agresser sexuellement dans un buisson et qu’en voulant se défendre, elle l’avait assailli d’un coup de coude et projeté par terre. Ensuite, elle aurait saisi une grosse pierre pour le frapper à la tête. Malgré ces explications, les enquêteurs étaient toujours persuadés qu’un autre suspect était impliqué dans l’agression mortelle. Leurs soupçons se sont orientés vers Jacques Désiré Laval Augustin.
Pour les limiers de la CID de Rodrigues, tout porte à croire que Jean-Marc Spéville a été victime d’un règlement de comptes amoureux en attendant d’en savoir davantage à l’issue de l’interrogatoire de Jacques Désiré Laval Augustin.