C’est vers minuit que le personnel de la salle Medical Ward for Male à l’hôpital Jeetoo a fait la triste et macabre découverte. Il semblerait que la victime, hospitalisée durant la journée d’hier, avait déjà des tendances suicidaires. Le jeune homme de 32 ans s’était présenté à l’hôpital en compagnie de ses proches pour recevoir des soins après s’être infligé des entailles aux mains.
Les infirmiers de carrière, qui sont en service à l’hôpital Jeetoo depuis plus de trente ans, confient que c’est la première fois que cet établissement est confronté à un incident de cette gravité. Si par le passé il y a déjà a eu des cas de suicide à l’hôpital psychiatrique Brown Sequard, personne ne se serait attendu que cela puisse arriver un jour dans d’autres établissements hospitaliers. « Croyez-moi, tout le monde est choqué. Il y a de temps en temps des patients agressifs et violents mais nous n’avons pas entendu ce genre de problème à Jeetoo. C’est le sujet de conversation dans tout l’hôpital depuis ce matin », relate au Mauricien un Charge Nurse, visiblement bouleversé, qui souligne que le personnel a travaillé hier soir dans la salle où a été admis le patient.
Dans les milieux de l’hôpital, on raconte que le patient avait reçu des soins hier pour des « self-inflicted wounds » et qu’il a été admis vers 16 h 00 après avoir subi des « minor operations ». C’est peu avant minuit que le personnel aurait remarqué son absence de la salle. En allant à sa recherche, les employés découvrent alors le corps inerte du jeune homme et les responsables de l’hôpital sont immédiatement informés du drame. Il s’est pendu dans la salle de bains et aurait utilisé le drap de son lit pour commettre l’irréparable.
En fin de matinée, la direction de l’hôpital a soumis son rapport sur cette affaire au ministère de la Santé. Indépendamment de l’enquête policière, celui-ci a déjà initié une enquête interne. Mais la direction de l’hôpital a déjà prévenu ce matin que si jamais il y a eu manquement de la part du personnel, il faudra s’attendre à des sanctions. La Nursing Association fait remarquer au ministère de la Santé que le personnel infirmier « travaille dans des conditions très difficiles par manque de staff ». Selon nos informations, il y avait plus de quarante malades hier soir dans cette Medical Ward, où se trouvait le patient qui s’est suicidé, et plusieurs d’entre eux nécessitaient une plus grande attention du personnel soignant, leurs cas étant considérés comme graves. « Il y avait aussi trois patients avec des tendances suicidaires et qui n’auraient pas dû être admis dans les hôpitaux non spécialisés pour traiter leur maladie. Le ministère est conscient de la situation actuelle et il doit se préparer aux conséquences. Il ne faudrait pas que les infirmiers en soient les boucs émissaires », prévient Bagooaduth Kallooa, président de la Nursing Association.