La Commission de l’océan Indien tiendra, jeudi 6 octobre, à l’hôtel Sofitel sa 27e session de son Conseil des ministres. Ces travaux marqueront la fin d’une année de présidence mauricienne, qui a été très active.
L’île Maurice a joué un rôle déterminant dans l’issue de la crise qui a secoué Madagascar sur le plan de la politique intérieure. Le pays a en effet réussi à rapprocher les différents protagonistes et à faire aboutir la signature d’une feuille de route. Il a aussi mis l’accent durant sa présidence à la Commission de l’océan Indien (COI) sur la sécurité maritime dans la région face aux problèmes de plus en plus inquiétant de la piraterie et sur l’économie régionale.
C’est le Premier ministre Navin Ramgoolam qui procédera à l’ouverture du Conseil des ministres lors d’une cérémonie jeudi à 9 h 30.
L’accueil du secrétaire général de la COI Callixte d’Offray sera suivi du discours du ministre des Affaires étrangères et président sortant de l’organisation Arvin Boolell. Le Premier ministre s’adressera ensuite aux délégués.
Seront présents : Bakri Ben Abdoulfatah Charif, ministre des Relations extérieures et de la Coopération, chargé de la diaspora, de la Francophonie et du monde arabe de l’Union des Comores ; Edouard Courtial, secrétaire auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes et chargé des Français de l’étranger ; Yvette Sylla, ministre des Affaires étrangères de Madagascar ; et Jean-Paul Adam, ministre des Affaires étrangères des Seychelles. Ils prononceront leurs discours lors de la cérémonie de clôture.
Outre les représentants des cinq pays membres, dont la France qui l’est à travers son département La Réunion, les principaux bailleurs de fonds et partenaires de la COI seront également représentés à cette 27e session. Parmi : l’Union européenne, l’Agence française de développement, l’Organisation internationale de la francophonie, la Banque africaine de développement, la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement.
L’ordre du jour comprendra, entre autres, des débats portant sur la volonté de dynamiser le tourisme régional à travers le concept « Îles Vanille ». Le conseil aura également à choisir le pays qui succédera à Maurice à la présidence. Le successeur de M. d’Offray sera par ailleurs désigné. L’on sait déjà que Maurice proposera un candidat à ce poste. Son nom sera rendu public le matin du 6 octobre.